Catane

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catane (homonymie).
Cet article ou cette section lié à la géographie doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Une réorganisation et une clarification du contenu est nécessaire. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

La traduction de cet article ou de cette section doit être revue.
 (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Catane
Drapeau de Catane
Drapeau
Catane au pied de l'Etna
Catane au pied de l'Etna
Noms
Nom italien Catania
Nom sicilien Catania
Administration
Pays  Italie
Région Sicile 
Province Catane 
Maire Enzo Bianco (PD)
depuis 2013
Code postal 95100
Code ISTAT 087015
Code cadastral C351
Préfixe tel. 095
Démographie
Gentilé catanesi, catanes
Population 315 576 hab. (30-11-2014[1])
Densité 1 753 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 30′ 58″ nord, 15° 03′ 58″ est
Altitude Min. 7 m – Max. 7 m
Superficie 18 000 ha = 180 km2
Divers
Saint patron Sant'Agata
Fête patronale 5 février
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Catane

Géolocalisation sur la carte : Italie

Catane

Géolocalisation sur la carte : Italie

Catane
Liens
Site web http://www.comune.catania.it

    Catane (en italien Catania) est une ville de la province du même nom en Sicile en Italie. C'est la deuxième ville la plus peuplée de l'île (environ 315 000 habitants) derrière Palerme. La conurbation métropolitaine (Area Metropolitana di Catania) effleure les 500 000 personnes. Catane a une forte personnalité, sans doute en raison d'un passé mouvementé et douloureux. Bien que ville antique, sa configuration actuelle est la conséquence d'une reconstruction quasiment totale initiée à la fin du XVIIe siècle [2] à la suite du terrible tremblement de terre de 1693. Catane est l'une des villes du baroque tardif du Val di Noto (sud-est de la Sicile), toutes reconstruites après 1693. Elle offre à ce titre un témoignage exceptionnel du génie exubérant de l’art et de l’architecture du baroque tardif, l’apogée et l’épanouissement final de l’art baroque en Europe. Elle figure sur la World Heritage List tenue par l'Unesco.

    Géographie

    Site

    Figuiers de Barbarie sur la roche volcanique en bord de mer

    Catane est située sur la côte orientale de la Sicile, sur la mer Ionienne, à mi-chemin entre les villes de Messine et Syracuse, au pied du volcan Etna. En bordure d'un rivage principalement lavique et anfractueux, la monotone magnificence de ses noires roches escarpées espace à l'improviste, outre les zones commerciales de son port, pour devenir avant tout un littoral de sable doré (la plage de la Plaia) et en dernier l'embouchure marécageuse de l'« Oasis du fleuve Symèthe » où les fertiles limons accueillent un écosystème sicilien unique et protégé.

    Le golfe d'Ognina est la seule anse maritime digne de remarque. Il correspond au mythique « port d'Ulysse » (le Portus Ulixis ou Portus Odysseus cité par Pline l'Ancien). C'est le présumé et légendaire débarcadère du héros homérique et de ses compagnons dans la Trinacrie Ionienne. Après cela ils rencontreront le gigantesque cyclope Polyphème et fuiront la colère du troglodyte aveuglé grâce à un stratagème du roi d'Ithaque.

    Les menus sables noirs de la « Petite Rade » de San Giovanni Li Cuti sont très connus et mouvementés en été comme rendez-vous balnéaire pour des centaines d'estivants catanais qui se retrouvent pour bronzer et bavarder.

    L'expression dialectale « Li Cuti » correspond « aux Queux, aux Aiguisoirs » et peut simplement identifier « des Rochers » ou « des Affiloirs, des lieux appropriés au riblage et à l'érosion des écueils ».

    Climat

    Son climat méditerranéen est caractérisé par des étés très chauds et très secs, les 42 °C peuvent être atteints à cause du Sirocco qui peut souffler en été et apportant ainsi une forte chaleur. Il se peut qu'aucune goutte d'eau ne tombe de toute la saison estivale. Les hivers sont très modérés, les températures tombent rarement sous les 10 °C la nuit. Par contre, dans l'arrière-pays ou les villages aux environs de l'Etna, l'hiver est plus rude et parfois les températures tombent sous les 5 °C.

    Relevé météorologique de Catane (période : 1981-2010)
    Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
    Température minimale moyenne (°C) 6,9 8,4 9,9 12,2 15,8 20,7 22,3 23,1 21,2 19,4 12,5 8,2 15,5
    Température maximale moyenne (°C) 14,7 15,6 16,9 18,3 23,8 25,9 33,4 30,7 27,4 24,3 18,6 15,8 22,1
    Source : Servizio Meteorologico[3]

    Symboles de la ville

    Les noms de la ville et leurs significations

    Le panonceau municipal : l'éléphant

    La fontaine de l'Éléphant

    L'éléphant est appelé par les citoyens de Catane U Liotru, c'est-à-dire « l'héliodore ».

    Les devises officielles

    Les deux principales devises latines de Catane sont lisibles sur les targes marmoréennes du monumental « Arc de Triomphe » de Piazza Palestro', dit « porte Garibaldi » ou « porte Ferdinande ». Elles citent :

    La devise actuelle est : Catania tutrix regum (« Catane tutrice des rois »).

    Histoire

    Antiquité

    La ville de Catane fut fondée au VIIIe siècle av. J.-C. probablement vers 729/8 av. J-C. Selon Thucydide, quatre ans après la fondation de Syracuse des colons grecs partirent de Naxos sous la conduite de Théoclès et Evarchos. L'expédition se scinda en deux. Un groupe conduit par Théoclès fonda Léontinoi alors que celui mené par Evarchos fonda la cité de Catane. L'arrivée de nouveaux colons en provenance de Grèce, attirés par le succès des premiers établissements en Sicile, poussèrent probablement les Naxiens à lancer de nouvelles expéditions vers le sud. Autour de 620 av. n.è, la cité se dote d'une législation attribuée à Charondas. D'après Elien, il est finalement contraint à l'exil mais sa législation demeure et s'implante dans la plupart des autres cités chalcidiennes. En 476 av. n.è, la cité est prise par Hippocratès de Géla qui mène une campagne d'expansion en Sicile. Jusqu'en 465 et la chute des Deinoménides, Catane reste sous la coupe de Syracuse. Recouvrant sa liberté, elle s'allie avec Léontinoi pour contrer la puissance syracusaine entre 427 et 424 av. n.è. C'est ici qu'Alcibiade, à la fin du Ve siècle av. J.-C. se serait adressé aux Cataniens pour qu'ils soutiennent la cité d'Athènes dans le contexte de la guerre du Péloponnèse et de l'expédition de Sicile. Mais Thucydide explique que les Athéniens ne reçurent aucune aide de Catane car une partie de la population était favorable à Syracuse. En 403 av. n.è, Denys l'Ancien, tyran de Syracuse mène à nouveau une politique d'expansion sur la façade Est de la Sicile dans l'objectif de renforcer son pouvoir avant d'affronter une nouvelle fois les Carthaginois. Catane est prise et saccagée par les troupes du tyran. Une éruption de l'Etna consuma la ville en 121. Les Grecs édifièrent un théâtre sur l'acropole au Ve siècle av. J.-C. ; il fut ensuite reconstruit par les Romains et pouvait accueillir 7000 personnes. Au IVe siècle av. J.-C., le philosophe péripatéticien Théophraste explique que le peuple catane est l'un des rares peuples connus dont les conventions lors d'un marché (contre oral) ne sont pas matière à procès, et il faut se contenter de son sort[4] ; Platon y fait référence dans ses Lois[5].

    Selon la tradition hagiographique reprise dans La Légende dorée, sainte Agathe serait née à Catane au IIIe siècle. Refusant les avances de Quintien, proconsul de Sicile, celui-ci la fit torturer : on lui arracha les seins à l'aide de tenailles mais elle fut guérie de ses blessures par l'apôtre Pierre qui la visita en prison. Elle succomba à son martyr et sa mort fut accompagnée d'un tremblement de terre, le 5 février 251. Un an après sa mort, l'Etna entra en éruption, déversant un flot de lave en direction de Catane. Les habitants s'emparèrent du voile qui recouvrait la sépulture d'Agathe et le placèrent devant le feu qui s'arrêta aussitôt, épargnant ainsi la ville.

    Liste des tyrans de Catane

    Moyen Âge

    Pendant la période byzantine, une chapelle fut construite dans l'ensemble Cappella Bonajuto (VIe siècle). Après l'occupation musulmane, elle fut occupée en 1071 par les Normands (famille des Hauteville, en italien, d'Altavilla). Ils firent construire le Duomo (cathédrale) aux XIe et XIIe siècles.

    En 1081, une furieuse bataille s'engagea dans les environs où 160 chevaliers normands (aidés probablement par un contingent de fantassins calabrais) conduits par Jourdain de Hauteville, Robert de Sordavalle et Elia Cartomi, réussirent à vaincre plusieurs milliers de fantassins et cavaliers musulmans (chiffre peut-être exagéré).

    Le , un séisme provoqua la mort de milliers de personnes.

    L'empereur Frédéric II fit construire le Castello Ursino (fort militaire) entre 1239 et 1250.

    La ville subit des destructions lors de la guerre des Vêpres siciliennes en [1282]. À partir de 1282, sous l'influence aragonaise, Catane devint la capitale du royaume de Sicile.

    En 1376, les reliques de sainte Agathe furent déposées dans la cathédrale de Catane. La première université sicilienne fut fondée à Catane en 1434 (cf. Université de Catane).

    1423 : épidémie de peste.

    Époque moderne

    Église baroque de Saint-Benoît, Catane

    Aux pieds de l'Etna, elle a souvent été touchée par des coulées de lave dont une qui rejoignit la mer en 1669, et fut pratiquement totalement détruite en 1693 par un tremblements de terre de degré 11 sur l'échelle de Mercalli qui en compte 12. Le tremblement de terre de 1693 qui toucha la Sicile orientale fut particulièrement ravageur puisqu'il dévasta 60 centres urbains dans la province du Val de Noto, provoquant la mort de 93.000 personnes dont 16.000 à Catane où ne restèrent debout que très peu d'ouvrages au nombre desquels on compte le château d'Ursino, quelques portions des murs antiques et l'amphithéâtre romain. La reconstruction fut lancée rapidement par la couronne espagnole sous la direction du vicaire général Giuseppe Lanza duc de Camastra avec l'aide des architectes et artisans maçons et sculpteurs de Messine, alors très imprégnés du style baroque tardif. Le style baroque initial fut cependant atténué par l'apport néo classique de Giovanni Battista Vaccarini (1702-1768) et de son frère Giacomo Amato. Les architectes refusèrent de reconstituer l'ancienne ville tri-millénaire avec ses ruelles tortueuses et étroites, responsables d'un grand nombre de victimes, et choisirent un plan moderne et antisismique: une maille urbaine orthogonale abritant des bâtiments de deux étages seulement, parsemée de grandes places devant permettre aux habitants de se réfugier en cas de tremblement de terre, et sillonnée de grands axes routiers autorisant des évacuations rapides. Les voies principales furent conçues avec pour largeur 16 mètres, les voies centrales 12 mètres, les voies secondaires 8 mètres. L'éléphant, symbole de la ville, fut récupéré entre les décombres du palais de la Loggia. Furent dessinées les deux directions nord-sud (via Etnea et via Crociferi) et celles dans le sens est-ouest (via Sangiuliano, via Vittorio Emanuele et via Garibaldi).

    XVIIIe siècle : construction du palais Biscari (Palazzo Biscari) 1558-1693-1735 : construction de l'église San Nicolo : transept de 105 mètres de longueur 1734-1758 : construction de la cathédrale Sainte-Agathe (Duomo) 1735-1765 : construction de la Badia di Sant'Agata (intérieur rococo) 1738-1760 : Chiesa di San Giuliano 1768 : érection d'un arc-de-triomphe pour célébrer le mariage de Ferdinand III de Sicile

    Époque contemporaine

    Économie

    La spécialité de Catane : les seins d'Agathe

    Surnommée la « Milan du Sud » dans les années 1960, Catane est le poumon économique de la Sicile.

    Industrie

    Catane est le premier port de la Sicile et un important centre industriel.

    Transports, viabilité et activités portuaires

    Le métro de Catane, ouvert en 1999, ne possède pour l'heure qu'une seule ligne longue de 3,8 km. Un prolongement est prévu vers l'aéroport.

    Catane est dotée d'un aéroport international l'Aéroport Fontanarossa qui a récemment changé son nom en Aéroport Vincenzo-Bellini (code AITA : CTA), le principal de Sicile. Elle dispose également de gares ferroviaires (lignes Messine-Syracuse, Catane-Géla, Catane-Palerme) et la ligne dite Circumetnea (ligne à écartement réduit qui fait le tour de l'Etna en montant jusqu'à une altitude de 1 000 m).

    La ville est reliée par autoroute aux deux autres grandes villes de l'île, Palerme et Messine ainsi qu'à Syracuse et au sud de l'île. Le périphérique de Catane est le plus grand de l'île.

    Le port de Catane est le point de départ des lignes de ferrys, Catane-Reggio di Calabria, Catane-Naples.

    Manifestations folkloriques et fêtes religieuses

    Monuments

    Cet article contient une ou plusieurs listes.
     (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

    Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

    La Via Crociferi, avec ses églises baroques.

    Période gréco-romaine

    Les édifices thermaux

    L'obélisque de la Fontaine de l'Éléphant

    Il a 3,61 mètres de haut et la datation est inconnue, mais sa provenance est attribuable à la localité égyptienne de Syène.

    Cette stèle octogonale granitique contient dans ses gravures latérales des hiéroglyphes relatifs aux cultes isiaques, particulièrement célébrés dans la Catane cosmopolite grecque-romaine, idolâtrie qui a des évidentes similitudes avec certains aspects du séculaire charriage dévotionnel du Simulacre de Sainte Agathe.

    Sous les Romains, il fut employé comme une des deux metae de l'ancien cirque catanais où se déroulaient les démonstrations gymniques, on fêtait les Agonalia et les quadriges rivalisaient pour la victoire, la renommée et la gloire.

    Les témoignages byzantins

    Au temps des Arabes

    L'héritage normand

    Les anciens quartiers juifs

    Les fortifications et les remparts

    Les vestiges médiévaux

    Les églises baroques et historiques

    Article détaillé : Cathédrale Sant'Agata (Catane).

    Construit en 1334 au-dessus de l'ancien temple d'Esculape, fut reconstruite après le séisme du 1693. Par la suite, avec la suppression des ordres religieux, il fut réactivé comme institut d'enseignement scolaire. Aujourd'hui, les religieuses continuent à y conduire leur vie monastique. L'intérieur cache de magnifiques chefs-d'œuvre du baroque sicilien : le Chœur, le Parloir et le Réfectoire avec de merveilleux marbres et fresques de l'artiste local Giovanni Tuccari.

    Les fontaines citadines


    Les palais monumentaux

    • Palais Bicocca
    • Palais Valle
    • Palais Serravalle
    • Palais Hernandez
    • Palais Asmundo Francica Nava
    • Palais Villaroel
    • Palais Cerami ou bien Villa Cerami
    • Palais Guttadauro di Reburdone
    • Palais Massa di San Demetrio
    • Palais Carcaci
    • Palais Manganelli
    • Palais de l'Université
    • Palais Sangiuliano
    • Palais Gioeni d'Angiò
    • Petit Palais Biscari
    • Palais des Minorites
    • Palais Cilestri
    • Palais Gravina Cruyllas (Maison natale de Vincenzo Bellini)
    • Palais Bruca
    • Palais Valsavoja
    • Palais Cutelli
    • Palais de la Bourse
    • Palais del Toscano
    • Palais Tezzano
    • Palais Beneventano
    • Palais Del Grado
    • Palais Pancari
    • Palais Libertini
    • Palais Ingrassìa
    • Palais Bonajuto
    • Palais Mazza
    • Palais Magnano di San Lio
    • Palais Cosentino
    • Palais Trewhella
    • Palais Scammacca
    • Palais Clarenza di San Domenico
    • Palais Recupero
    • Palais Tedeschi
    • Palais Zappalà

    Les demeures et les édifices de style Art nouveau

    • Viale Regina Margherita (Avenue Reine Marguerite) :
    • Villa Trigona di Misterbianco
    • Villa Romeo delle Torrazze
    • Villa Cutore-Recupero
    • Villa Calì
    • Villa Cosentino
    • Villa Clementi
    • Villa Modica
    • Villa Giordano
    • Viale XX Settembre (Avenue Vingt de septembre) :
    • Palais Ferrarotto
    • Palais Monaco
    • Villa Miranda (1909)

    Viale Mario Rapisardi (Avenue Mario Rapisardi) :

    • Villa delle Ninfe (Villa des Nymphes)
    • Villa Malerba
    • À l'entour :
    • Villa Simili (1910)
    • Villa Scannapieco (1911)
    • Villa Vagliasindi (1911)
    • Cinéma Olympia (1913)
    • Palais Zuccarello (1913)
    • Villa Zuccarello (1914)
    • Maison sur la Lave ou Villa Messina ou Villa Panto'

    Autres lieux

    Cet article contient une ou plusieurs listes.
     (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

    Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

    Spéléologie

    Artères urbaines

    Axes commerciaux

    Avenues

    • Avenue Mario Rapisardi
    • Place Sainte Marie de Jésus
    • Avenue Reine Marguerite
    • Place de Rome
    • Avenue Vingt de Septembre
    • Place de Trente (Piazza Trento)
    • Place Giovanni Verga
    • Cours d'Italie
    • Place d'Europe
    • Cours de Sicile
    • Place de la République
    • Cours Martyrs de la Liberté

    Tracés et places nobiliaires

    • Rue Antonin Paternò-Castello di San Giuliano (Via Antonino Paternò-Castello di San Giuliano)
    • Place Victor-Emmanuel III (Piazza Vittorio Emanuele III)
    • Place Princesse Yolande (Piazza Principessa Jolanda)
    • Place Palestro (Piazza Palestro)

    Culture

    Église baroque de La Collegiata, ou Santa Maria dell'Elemosina sur la Via Etnea, Catane

    Université et formation scolaire

    Musées

    Théâtres

    Catane est la ville de Sicile qui a la plus grande densité de théâtres. Les compagnies théâtrales y sont nombreuses tant professionnelles qu'amateurs, voire formées de simples amateurs. L'un des plus beaux édifices est le Théâtre Massimo Vincenzo-Bellini, construit à la fin du XIXe siècle : il peut accueillir 1 200 spectateurs. Maria Callas et Pavarotti y ont chanté.

    La ville est réputée pour son architecture baroque et sa tradition des marionnettes.

    Associations, académies et institutions de relief

    Confessions religieuses et cultes différents

    Immigration

    Les principales communautés étrangères présentes dans l'aire métropolitaine de Catane sont en pourcentage :

    1. mauricienne et chinoise
    2. singhalaise du Sri Lanka
    3. sénégalaise
    4. maghrébine (marocaine et tunisienne)
    5. africaine subsaharienne (nigériane et camerounaise)
    1. polonaise
    2. roumaine
    3. palestinienne, libanaise, iranienne
    4. érythréenne
    5. grecque

    Santé

    Hôpitaux


    Anciennes structures sanitaires médiévales disparues

    Personnalités

    Voir la catégorie : Personnalité liée à Catane.
    Fontaine de l'Éléphant, symbole de la Ville de Catane (1735)

    Administration

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1988 1989 Enzo Bianco PRI  
    1991 1991 Giuseppe Azzaro DC  
    1991 1992 Luigi Giusso DC  
    1992 1992 Angelo Lo Presti PSDI  
    1993 2000 Enzo Bianco AD  
    2000 2008 Umberto Scapagnini FI  
    2008 2008 Elita Scapagnini MPA  
    16 juin 2008 2013 Raffaele Stancanelli PDL  
    11 juin 2013 en cours Enzo Bianco PD  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Quartiers, faubourgs et contrées

    • Acquicella
    • Bicocca
    • Angeli Custodi
    • Antico Corso
    • Barriera del Bosco
    • Borgo (Borgo Sant'Agata)
    • Canalicchio
    • Cappuccini Nuovi
    • Cardinale
    • Carmine
    • Carruba
    • CIBALI
    • Civita
    • Collegiata
    • Consolazione
    • Cristo Re
    • Crocifisso dei Miracoli
    • Crocifisso della Buona Morte
    • Duomo
    • Feudogrande
    • Fontanarossa
    • Fortino
    • Gelso Bianco
    • Gelsi Bianchi
    • Giudecca
    • Guardia
    • LIBRINO
    • Mercede
    • Monserrato
    • Monte Po
    • Nesima Superiore
    • Nesima Inferiore
    • Ognina
    • Pantano d'Arci
    • Petriera
    • Picanello
    • Pigno
    • Rotolo
    • San Berillo
    • San Biagio
    • San Cosimo
    • San Cristoforo
    • San Giovanni Galermo
    • San Giovanni Li Cuti
    • San Giorgio
    • San Giuseppe La Rena
    • San Leone
    • San Nullo
    • Santa Lucia
    • San Nicola dei Benedettini
    • Santa Maria dell'Aiuto
    • Santa Maria de la Salette
    • Santa Maria di Gesù
    • Santa Maria Goretti
    • Signore Ritrovato
    • Susanna
    • Trappeto
    • Vaccarizzo
    • Villaggio Sant'Agata
    • Zia Lisa

    Communes limitrophes

    Aci Castello, Belpasso, Carlentini (SR), Gravina di Catania, Lentini (SR), Mascalucia, Misterbianco, Motta Sant'Anastasia, San Gregorio di Catania, San Pietro Clarenza, Sant'Agata li Battiati, Tremestieri Etneo

    Évolution démographique

    Habitants recensés

    Jumelage

    La ville de Catane est jumelée avec :

    Notes et références

    1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
    2. (en)The Reconstruction of Catania after the Earthquake of 1693
    3. Fragment 97, 5 de Friedrich Wimmer
    4. Livres VI, VIII et XI
    5. 1 2 (en) Frank Sear, Roman théâtres : An architectural study, Oxford University Press, 2006, 609 p. (ISBN 978-0-19-814469-4), p. 186-187
    6. Mecca tire son origine de la déformation sicilienne du verbe français « macquer » (maccari) et en l'espèce du mot « macque ».
    7. (it)Università degli Studi di Catania
    8. (it)Scuola Superiore di Catania
    9. (it)Convitto Nazionale "Mario Cutelli" di Catania

    Bibliographie

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.