Cestas

Cestas
L'église Saint-André.
L'église Saint-André.

Blason
Administration
Pays  France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Pessac-1
Intercommunalité Communauté de communes Jalle Eau Bourde
(siège)
Maire
Mandat
Pierre Ducout
2014-2020
Code postal 33610
Code commune 33122
Démographie
Gentilé Cestadais
Population
municipale
16 426 hab. (2014)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 43″ nord, 0° 40′ 52″ ouest
Altitude Min. 33 m – Max. 80 m
Superficie 99,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Cestas

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Cestas

Géolocalisation sur la carte : France

Cestas

Géolocalisation sur la carte : France

Cestas
Liens
Site web www.mairie-cestas.fr

    Cestas (prononcé [sɛstas] ) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

    Géographie

    Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans son unité urbaine dans les Landes de Bordeaux, au sud-ouest de Bordeaux sur l'Eau Bourde.

    Sur la commune sont disséminés plusieurs plans d´eau, à Rousset au bord de l'autoroute, aux Sources (Petit Trianon), deux à Monsalut (anciennes carrières) et un étang au milieu de 600 ha hectares de forêts. La forêt est essentiellement composée de pins et de fougères. Y sont situés trois parcs de randonnée où s'étendent des dizaines de kilomètres de chemins ainsi que 25 km de pistes cyclables.

    Communes limitrophes

    Les communes limitrophes en sont Pessac au nord, Canéjan au nord-est, Saucats au sud-est, Le Barp au sud-sud-ouest, Mios au sud-ouest, Marcheprime à l'ouest-sud-ouest, Audenge à l'extrême ouest, en quadripoint (point de la surface de la Terre qui touche quatre régions distinctes), et Saint-Jean-d'Illac au nord-ouest.

    Communes limitrophes de Cestas[1]
    Saint-Jean-d'Illac Pessac Canéjan
    Audenge                (quadripoint)

    Marcheprime
    Léognan
    Mios Le Barp                Saucats

    Géologie, relief et hydrographie

    Les terrains sont partie en sable des Landes (formations fluvio-éoliennes d'âge pléistocène supérieur), partie en graves (graviers et galets déposés par la Garonne et mélangés à du sable ou de l'argile). Les formations aliotiques se rencontrent fréquemment entre 1 m et 3 m de profondeur. Les faluns affleurent à flanc de rive de l'Eau Bourde.

    Borne de nivellement de la gare de Gazinet-Cestas

    Le point le plus haut, à 80 m d'altitude, se trouve sur la butte qui surplombe la ruisseau du Ribeyrot (petite rivière, en gascon)[3]. En 1737, la pyramide de Cassini a été édifiée sur une butte à 63 m de hauteur. Plusieurs balises du nivellement général IGN ont été implantées vers 1900 sur des bâtiments cestadais : celle de l'ancienne mairie de Cestas est toujours en place, elle indique le niveau 47 m ; celle de la mairie annexe de Gazinet également, elle indique le niveau 52,10 m, comme celle celle de la gare de Gazinet (niveau 52,9 m). La borne au 99, rue Jean Moulin à Gazinet portait le niveau 52,1 m. Celle de l'église de Cestas n'a plus son indication d'altitude[4]. Un autre point haut se trouve à l'emplacement de l'ancien moulin du Luc (toponyme occitan utilisé pour les bois sacrés).

    Ruisseau sous la chêneraie de l'aire de service de l'A63

    C'est à Cestas que la rivière de l'Eau Bourde prend sa source ; longue d'une vingtaine de kilomètres elle va se jeter dans la Garonne à la hauteur de Bègles. Le seul affluent de la rive droite est Le Ribeyrot, alimenté par de nombreux petits ruisseaux dont celui de Marcouyau qui rejoint l'Eau Bourde au lieu-dit les Couhours. Les affluents de la rive gauche sont très nombreux :

    De nombreuses petites dépressions naturelles appelées « lagunes », en eau en hiver, se trouvent sur tout le territoire de la commune.

    La situation sanitaire du réseau hydrographique est suivie par le Système d'information du bassin versant Adour-Garonne[6].

    Urbanisme

    La commune de Cestas comprend les lieux-dits de Gazinet, Réjouit, Pierroton, Toctoucau (partagé avec Pessac) et Labirade.

    La ville s'est développée suivant trois axes principaux, la route d'Arcachon, l'avenue Salvador-Allende et la RN 10. Tout le long de ces axes de communication, 90 % des logements bâtis sont des pavillons (maisons de type arcachonnais ou landais essentiellement), construits en lotissement. Sur la plupart des terrains, étaient bâties d'anciennes propriétés confortables avec de belles bâtisses, en majorité des chartreuses qui ont souvent été rasées dans la seconde moitié du XXe siècle et dont le nom a été donné au lotissement qui les a remplacées.

    Il ne reste qu'un feu tricolore à Cestas, et très peu de carrefours sur les axes principaux ; les aménageurs ont privilégié un grand nombre de rond-points.

    Trois décharges à ciel ouvert ont déjà été utilisées puis abandonnées : la ville s'est pourvue d'un centre de tri.

    La proximité de l'autoroute A63 (Bordeaux-Hendaye) est un atout pour l'économie de la ville. La commune est desservie par les accès no 25, dit de Cestas centre, et no 24, dit de Toctoucau / Le Barp. Les centrales d'achat de E.Leclerc, et la société Antalis s'y sont déjà installées depuis longtemps, et Carrefour, Décathlon et Cdiscount ont rejoint la commune avec trois hangars immenses pour un total de 100 000 m2. Solectron y fut présente (rachetée et fermée en 2007 par Flextronics). Un centre de tri du courrier de La Poste a également été installé en 2008[7], très mécanisé[8].

    Les principales zones d'activités économiques sont distribuées le long de la voie-ferrée Bordeaux-Arcachon et de l'autoroute : le cadre de vie local reste ainsi préservé, à distance de ces grandes infrastructures fournissant de l'emploi local ; les axes servent de desserte, régulièrement saturée, aux travailleurs extérieurs matin et soir.

    Aire de service de Bordeaux - Cestas (dans les deux sens) : autour de la station d'essence se sont installés quelques commerces dont la Maison d'Aquitaine (actuellement fermée et à l'abandon) et un hôtel Campanile.

    Quartiers

    Cestas comporte divers quartiers :

    Cestas-bourg

    Il est le quartier principal de Cestas. Il se situe le long de la route départementale D214 entre Réjouit et l'autoroute A63. On y trouve un centre culturel, une église et la mairie. Ce quartier comporte la « clairière aux chevaux » située le long du chemin de La Croix d'Hins.

    Gazinet

    Il est un des quartiers les plus développés de Cestas. Il jouxte Pessac et Toctoucau. Son essor a été favorisé par la gare de Gazinet-Cestas et sa situation entre Cestas-bourg et Pessac. La gare de Gazinet est ouverte au public depuis l'inauguration de la ligne Bordeaux-La Teste en 1841. Il y avait plusieurs passages à niveau sur la commune mais le plus important était celui de Gazinet ; il a été remplacé par un passage souterrain en 1991. D'abord à voie unique, la ligne fut doublée en 1854 et électrifiée en 1927.

    Il y avait trois maisons et treize personnes en 1846 ; la population est passée à 372 habitants en 1906 et à 847 habitants en 1946. En 1928, la loi Loucheur permettant l'accession à la propriété à des couches sociales moins aisées accélère le processus d'urbanisation. Depuis la décennie 1970, grâce à la voiture, Gazinet et les autres quartiers se sont peuplés à un rythme accéléré.

    AU XIXe siècle trois industries y sont actives : une usine d'injection de traverses de chemin de fer, une scierie et une briqueterie. De nombreux ouvriers travaillant sur Bordeaux utilisent le tramway électrique pour se rendre au travail[9]. Il y a donc, entre le chemin Bellemer et la voie ferrée, une usine de traitement de traverses de chemin de fer (en bois à l'époque) par injection de créosote, les établissements Léglise. L'usine a cessé de fonctionner en 1965. Sur les six maisons qu'il y avait en 1922, où vivait une partie du personnel, il reste actuellement trois maisons qui ont gardé leur cachet original.

    À côté de l'école Jean Moulin il y avait une scierie, plus loin une usine de traitement de la résine et en face une autre scierie qui, à l'époque de la dernière guerre, fabriquait des caisses à bouteilles. Cette dernière a cessé de fonctionner entre 1965 et 1970.

    Les deux étangs de Monsalut sont à l'origine deux carrières qui ont servi pour la fabrique de tuiles et de briques. L'argile était acheminée jusqu'à la briqueterie Peymartin grâce à une voie Decauville. La briqueterie était située entre l'école maternelle et les étangs. Une voie ferrée, encore existante, permettait de convoyer tuiles et briques jusqu'à Bordeaux et ensuite par bateaux jusqu'aux Antilles. Les briques ont servi à l'agrandissement du pont de pierre de Bordeaux. Le personnel était logé sur place et bénéficiait de l'électricité et de l'eau gratuitement. Le propriétaire de l'usine avait mis à disposition du personnel une institutrice ainsi qu'une maison pour servir d'école, privée jusqu'en 1903 et publique par la suite. Elle a servi d'école jusqu'à la construction de l'école Jean Moulin en 1907. Une usine de traitement de bitume a fait suite à la briqueterie.

    Le premier lotissement est celui du Maroc, il débuta en 1925. Le second fut celui de Chantebois dans les années 70 et ensuite Beauséjour dans les années 70[10].

    On trouve actuellement à Gazinet un centre commercial, une chapelle, le parc de Monsalut et le site des sources. Le réseau TBM a été mis en place jusqu'à Gazinet pour joindre Bordeaux Métropole à la gare.

    Jauge

    Lieu-dit qui se situe au sud-ouest de Cestas, au croisement des routes départementales D1010 (anciennement nationale 10) et D211. Ce quartier porte le nom de négociants bordelais depuis les années 1770. Vers 1880, le banquier Émile Pereire y fait bâtir le château Alexandre, transformé plus tard par la famille Beaumartin (scieries) en relais de chasse. Un restaurant a été construit à ce carrefour, en face du château.

    Labirade

    Il est au carrefour de la route de Bayonne, du chemin de Seguin en direction de Cestas-Bourg et du chemin des Chaüs. Une ferme a été construite vers 1750, à proximité de la source de l'Eau Bourde par la famille Commère à la suite de la concession par les Pères Chartreux (les Chaüs). Un monument à la mémoire de la famille Gardères, fusillée le 24 août 1944, a été édifié en 1946 à la suite d'une souscription du Comité de Libération de Cestas. Plusieurs lotissements ont été aménagés, depuis les années 1970, le long de la route de Bayonne.

    Pierroton

    Le quartier se localise le long de la route d'Arcachon entre Croix d'Hins et Toctoucau. Se trouve à Pierroton un club de football. Castillonville se situe juste après Pierroton dans la direction d'Arcachon.

    Réjouit

    Se situant le long de la D1010 entre Labirade et La House (Canéjan), son toponyme date de 1846[11]. Le nom antérieur de Bellevue avait été donné par l'Abbé Jaubert à la chartreuse construite en 1740. Passaient par là les pèlerins du chemin de St Jacques de Compostelle : une statue métallique de pèlerin a été installée sur le rond point à hauteur du centre commercial de Choisy. Le château du Baron Haussmann (vers Chapet), ses fermes et son château d'eau ainsi que la croix de Chapet se trouvent au nord-est du quartier et l'emplacement d'une des anciennes pyramides de Cassini au sud-est. Un petit centre commercial comportant commerces et bureau de poste s'est développé autour du château de Choisy et de l'école publique. Le quartier se construit peu à peu de part et d'autre de l'ancienne RN10 depuis le début des années 1970 ; il est apprécié pour son calme et l'harmonie « urbaine » qu'il offre car il est encore très boisé.

    Le projet de lotissement La Tour en mixité sociale vient de faire l'objet d'une enquête publique[12].

    Toctoucau

    Le long de la route d'Arcachon jouxtant Pierroton et Gazinet, ce quartier est en partie pessacais et en partie cestadais. Son nom viendrait du gascon Toque tout caou (petite tape en gascon), expression utilisée par les bouviers qui tapotaient sur le flanc du bétail avec une baguette[13]. Les métiers du bois y étaient fortement implantés, bûcherons, charpentiers, scieries et résiniers, ainsi que les métiers tournant autour de la vie pastorale.

    À partir de 1840, avec la construction de la ligne de chemin de fer de Bordeaux à La Teste, le quartier prend de l'extension ; les lieux-dits sont remplacés par le toponyme Toctoucau. Épiciers, boulangers, aubergistes, forgerons et blanchisseuses viennent s'y installer. Avec la construction de nombreuses maisons d'habitation, une école et une chapelle sont souhaitées par la population et construites sur la commune de Pessac. Dès 1860, c'est un cimetière qui est demandé par les habitants : en 1889, la commune de Cestas fait l'acquisition du terrain. Le financement en sera assuré pour moitié par la commune de Cestas et par une souscription[14].

    Actuellement, des lotissements voient le jour tant sur Pessac que sur Cestas.

    Transports en commun

    Réseau Prox'Bus

    La communauté de communes a mis en place un réseau de bus continu ou à la demande traversant Canéjan, Cestas et Saint-Jean-d'Illac.

    Les lignes sont :

    La ligne 23 du réseau TBM dessert la gare de Gazinet-Cestas, cette ligne relie Bordeaux via Pessac.

    Réseau TransGironde

    Les lignes 505 et 602 partent du campus universitaire de Bordeaux en direction de Le Barp, Belin-Béliet et Canéjan.

    Toponymie

    Le nom de Cestas vient de l'expression latine ad sextum qui désigne la sixième borne milliaire en venant de Burdigala (Bordeaux) sur la voie Bordeaux-Salles[15].

    En gascon, le nom de la commune est Cestàs.

    Histoire

    Antiquité

    La découverte la plus ancienne date de la protohistoire, il s'agit de haches en bronze conservées au Musée d'Aquitaine, trouvées en 1897 sous un chêne par des bûcherons au lieu-dit les Gleyzes[16].

    Au bout du chemin du Pas du Luc, un tumulus (non daté) a été signalé par l'abbé Jaubert, au Bouchon du Luc, (du latin lucus, bois sacré), au confluent de l'Eau Bourde et du ruisseau du Pas du Gros : d'environ cent pas géométriques de contour, cette élévation domine de près de cinq pieds sur tout le reste de la campagne ; un moulin à vent fut édifié sur la butte au XVIIIe siècle[17].

    Cestas fut, après Salomagus, la dernière étape sur la voie romaine reliant l'Espagne à Burdigala ; de nombreux vestiges datant de l'antiquité ont été trouvés sur le territoire de la commune :

    Période médiévale

    Le futur bourg s'est implanté autour de son église, sur un promontoire, rive droite de l'Eau Bourde, près du confluent avec l'Eau de Galand. Aucune trace de motte féodale mais, en 1743, Pierre Jaubert a dessiné cinq bas-reliefs (de style roman ?), qui se trouvaient au-dessus d'une niche abritant une tombe d'enfant creusée dans la pierre au pied du clocher de l'église[24]. Ces bas-reliefs ont été enchâssés dans le mur extérieur de la façade ouest de l'église actuelle.

    La route de Fourc, parallèlement à l'Eau Bourde, menait de l'église St-André à la Tour de Fourc, probablement d'origine médiévale, qui était implantée à la limite de Cestas et Canéjan, près du confluent des deux bras de l'Eau Bourde ; elle a été détruite au début du XXe siècle. Il en reste une aquarelle de J. Barthélémy datée de 1905, qui a été exposée en 2012 au Centre Culturel de Cestas. La famille de Sérignan, mentionnée dans les Rôles Gascons, y possédait peut-être sa maison forte.

    Toponymes et topographie de la région de Cestas, sur la carte de Cassini, 1756.

    Le seigneur comte d'Ornon avait plusieurs vassaux à Cestas, en particulier les chevaliers de Cestas, dont la maison forte se situait vraisemblablement dans le secteur de la Bastide (près de l'actuelle caserne des pompiers ?) et les chevaliers de Besson, qui possédaient une maison forte entourée de fossés, sur la rive gauche du ruisseau venant des Arrestieux et passant par les Sources, à proximité d'un habitat important nommé le Courneau de Besson. Elles jouaient un rôle militaire de défense le long de la voie de pénétration naturelle que représentait l'Eau Bourde jusqu'à la Garonne à cette époque. Ces constructions ont été détruites au cours de la guerre de Cent Ans (Rôles gascons).

    En 1395, le comté est devenu prévôté de Camparian et en 1409, le comté d'Ornon est acheté par la jurade de Bordeaux. Les paysans cestadais lui devaient redevances et corvées, dont on trouve plusieurs exemples, en gascon, dans l'état des rentes du château d'Ornon en 1415. L'histoire de Camparian s’inscrit dorénavant dans celle du Pays des Graves et Landes de Cernès, au sens de l'ancienne structure administrative[25].

    Durant le Moyen Âge, Cestas se trouvait sur la Via Turonensis, la route de pèlerinage menant à Saint-Jacques de Compostelle, après les haltes de Cayac et de Camparian qui accueillaient les pèlerins. Les vestiges d'un prieuré et de l'hôpital Saint Jean de Camparian ont récemment fait l'objet de fouilles officielles sur un terrain acquis par la commune de Canéjan. Le lieu-dit Foartigue, près de l'église de Cestas, a été concédé en bail à fief par le chapitre de Sainte Croix au Prieur de Camparian en 1217[26]. Les secteurs de Chapet, de Breuillaud et de la Tuilière comprenant la Sègue des Monges (Bois des Moines) et le Moulin du Prieur dépendaient également du Prieuré de Camparian. Des serfs et des paysans questaux cestadais devaient une redevance en nature au Prieur, sur les produits de leurs vignes, de leurs ruches (apiers), pacages et prairies.

    La croix de Chapet est implantée au carrefour de cette route et du chemin menant au bourg. Quant à la croix du cimetière, elle a été érigée et gravée en 1629, peut-être dans le contexte des épidémies de peste qui ont sévi à Bordeaux dans la première moitié du XVIIe siècle[27].

    Période contemporaine

    Après la guerre de cent ans, Cestas connait une période de prospérité qui voit l'implantation de vignes, de bois et de tuileries (actes en gascon de 1481). Mais les guerres de religion obligent de nombreux paysans à vendre leurs terres ; vers 1590, deux familles d'avocats au Parlement de Bordeaux s'installent l'une à Monsalut (Sieurs De Lange) et l'autre au Fourcq (Sieurs Dupuy). Vers 1620, deux Relais de Poste sont installés sur la route d'Espagne, l'un à Lestaules et l'autre au Putz (Puch). L'inventaire au décès du Maître de Poste de Lestaules Noël Taffart, en 1669, nous montre la diversité des activités liées au fonctionnement d'un de ces relais-auberges, et les retombées économiques pour l'agriculture locale : vignes, labours, troupeaux de moutons, ruches[28].

    La vie économique et sociale des notables cestadais au XVIIe siècle est connue au travers du testament et des donations d'Arnaud Hosten, ancêtre de très nombreuses familles cestadaises, décédé le 16 août 1658[29].

    En 1737, une pyramide est construite sur une motte pour pallier l'absence de clocher ou de lieu fixe dans cette zone, afin de servir de point de repère dans la triangulation de Cassini[30].

    Au XIXe siècle

    À la Révolution, la paroisse Saint-André de Cestas forme la commune de Cestas[31].

    Durant sa campagne vers l'Espagne, Napoléon Ier a dormi avec ses troupes dans la forêt de Cestas, au lieu-dit les Sources.

    La gare de Gazinet-Cestas est ouverte le 7 mai 1841 par la Compagnie du chemin de fer de Bordeaux à La Teste. Les voies sont électrifiées en juin 1927.

    Le recensement de 1911 signale, sur 871 professions, près de la moitié dans l'agriculture, 10% dans les métiers de la forêt (bois et résine) et autant dans les entreprises et briqueteries ainsi qu'une vingtaine d'employés des chemins de fer du Midi. Il faut signaler également que 38 blanchisseuses reçoivent un salaire.

    XXe siècle

    En 1829, L'Eau Bourde échappe de justesse à un achat par la ville de Bordeaux pour alimenter la fontaine de la Place Dauphine en eau potable de qualité[32].

    En été 1949, Cestas est ravagée par l'incendie de la forêt des Landes qui s’est étendu sur une grande partie de la Gironde. Le 20 août, 82 hommes sont tués, pompiers, militaires et habitants des communes touchées. Un monument leur est dédié.

    En février 1969, Cestas connaît aussi la première prise d’otages médiatisée de France avec celui qu’on a nommé à l’époque le forcené de Cestas. Entre le lundi 3 février 1969 et le lundi 17 février, un homme, André Fourquet, 38 ans, divorcé de sa femme, se barricade dans sa maison dans la ferme du Sayet à Gazinet avec ses deux enfants, Francis et Aline, âgés respectivement de 11 et 13 ans, Chantale l'aînée de 14 ans s'étant enfuie lorsque son père a prévenu qu'ils allient tous mourir[33]. L'homme refuse la décision de justice qui lui a retiré la garde des enfants en mai 1968 et les gendarmes sont déjà intervenus trois fois quand il a séquestré ses enfants. Alors que les forces de l'ordre encerclent la ferme, le gendarme mobile Jean-Lucien Carratala est tué d'une balle dans le cœur alors qu'il se met à découvert. Les négociations se poursuivent néanmoins plusieurs jours. Finalement, lorsque les gendarmes donnent l'assaut avec deux half-tracks, Fourquet tue ses deux enfants d'une balle dans la tempe et se tire une balle dans la bouche. Lors des funérailles le 20 février, Micheline Berton ex-Fourquet, la mère des enfants, est prise à partie et faillit être lynchée par une partie de la population qui la tient pour responsable du drame pour n'avoir pas voulu voir son ex-mari comme il le demandait lors du siège de la ferme du Sayet[34]. Le film de Robert Enrico, Fait d'hiver, s’inspire directement de cette affaire. La fille ainée, Chantal Fourquet, seule survivante, a essayé de le faire interdire[35],[36].

    En 1999 et 2009, Cestas est touchée par deux tempêtes : "Lothar" le 27 décembre 1999 et, dix ans plus tard, Klaus le 24 janvier 2009. Ces deux événements ont fait beaucoup de dégâts, heureusement non humains, mais beaucoup de pins tombèrent sur les routes, bloquant la circulation temporairement et provoquant de nombreuses coupures de courant.

    Politique et administration

    Tendances politiques et résultats

    Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

    Liste des maires

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    Période Identité Étiquette Qualité
    Les données manquantes sont à compléter.
    1790 1791 Jean-Jacques Taffard   Bourgeois de Bordeaux
    1791 1792 Georges Eymery   Notable
    1792 1795 Pierre Pruney   Laboureur
    1796 1796 Roborel   Propriétaire Agent Municipal
    1797 1798 Georges Eymery   Agent Municipal
    1798 1799 Houques   Agent Municipal
    1799 1800 Pierre Solle   Officier de santé Agent Municipal
    1800 1812 Michel Godin   Abbé
    1813 1818 Raymond Vignes   Grand propriétaire à Réjouit
    1818 1826 Jean Brousse   Sacchier-juré
    1826 1832 Jean-Alexandre Durand   Commerçant
    1832 1844 Arnaud Guion    
    1844 1846 Jean Damblat   Agent d'affaires
    1846 1850 Jean Verdery    
    1850 1852 Joseph Joumard   Propriétaire de Gradis (Réjouit)
    1852 1853 Jean Verdery    
    1853 1857 François Senlary   Propriétaire du domaine de La Poste
    1857 1865 Jean Guion   Propriétaire des Couhours
    1865 1870 Jean Laumonier   Régisseur du baron Haussmann à La Pelette
    1870 1871 Jean Hosteins    
    1871 1876 Arnaud Milon    
    1876 1881 Nicolas Félix Rollet   Acquéreur du domaine de Monsalut - Médecin
    1881 1890 Pierre-Ernest Basterot   Médecin
    1890 1919 Armand Beaumartin   Industriel forestier
    |- | 1919 | 1925 | Léon Brousse | Républicain | Laitier |- | 1925 | 1935 | Jean Demons | URD |   |- | 1935 | 1972 | Alphonse Lafont | Républicain | Industriel |- | 1972 | en cours | Pierre Ducout[37] | PS | Ingénieur des TPE, Député (1988-2007) |- | Les données manquantes sont à compléter.

    Jumelages

    En 1982, Cestas et Reinheim, ont signé le serment de jumelage. Quelque temps plus tard, fut créé le comité de jumelage qui assure depuis de nombreux échanges linguistiques et culturels chaque année entre les deux villes. Cependant, les échanges scolaires du collège Cantelande ont cessé dans les années 1990 car les écoles de Reinheim recevaient très peu de demandes d'apprentissage du français. Les échanges se firent alors avec Groß-Bieberau, ville voisine, jusqu'à l'automne 2006 où le nombre d'élèves a permis d'échanger à nouveau avec Reinheim.

    En 2003, Cestas a fêté les 20 ans du jumelage avec Reinheim et en a profité pour signer une charte d'amitié avec les trois autres villes jumelées à Reinheim[38] :

    En octobre 2005, une conférence européenne a été organisée par le comité de jumelage de Cestas avec la participation des villes de Reinheim, Fürstenwalde, Sanok et Licata ainsi que Canéjan (la ville voisine de Cestas) et sa ville jumelle Poggio Mirteto (Italie).

    Population et société

    Démographie

    Les habitants sont appelés les Cestadais[39].

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[40],[Note 1].

    En 2014, la commune comptait 16 426 habitants, en augmentation de 0,1 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

               Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    700529437739865815935959965
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    1 0801 1021 2211 2371 4311 4601 5611 7341 710
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    1 7621 8721 9161 9741 8422 0211 9201 9152 302
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
    2 9603 5486 44513 73016 76816 92716 67416 41716 426
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)

    Histogramme de l'évolution démographique

    Évolution du rang de la commune
    selon la population municipale des années : 1968[43] 1975[43] 1982[43] 1990[43] 1999[43] 2006[44] 2009[45] 2013[46]
    Rang de la commune dans le département 32 21 16 15 15 16 16 18
    Nombre de communes du département 548 543 543 542 542 542 542 542

    Enseignement

    La commune dispose de six écoles maternelles (Réjouit, Bourg, Pierrettes, Maguiche, Parc et Toctoucau), six écoles primaires (Réjouit, Pierrettes, Bourg, Toctoucau, Maguiche et Parc) et du collège Cantelande. Les lycéens vont soit au lycée des Graves à Gradignan, soit au lycée du Pape Clément à Pessac.

    Culture

    Sports

    C'est sur Gazinet que les premières activités sportives se sont structurées. En 1926, une équipe de football s'est montée, la Jeunesse sportive de Gazinet ; quatre ans plus tard les ouvriers de la scierie Duthil lancent un club de boule lyonnaise et Monsieur Arix crée le Sport Athlétique Gazinet (dit SAG) avec la section patin à roulettes et rink hockey dont l'équipe fut championne de France de première division en 1936, en 1947, en 1951 et en 1953. La piste d'entraînement, construite sur un terrain donné par le grand-père de Sophie Davant, était à ciel ouvert. En 1933, une équipe de tir à la carabine rejoint le SAG.

    La deuxième section du SAG est le basket-ball : le second grand-père de Sophie Davant, Monsieur Subrenat, nommé en 1956 directeur de l'école de garçons de Gazinet, apporte dans ses bagages un panier de basket et l'accroche à un acacia dans la cour de l'école à la bonne hauteur pour des enfants de 13-14 ans : il est le précurseur du mini-basket en France.

    La troisième section importante est celle du judo, créée en 1968 : elle s'entraîne dans la chapelle de Gazinet, qui ne servait plus au culte depuis 1964.

    Le 26 novembre 1969, sous l'impulsion de Messieurs Vallée et Subrenat, le SAG devient SAGC, c'est-à-dire Sport athlétique Gazinet-Cestas. La commune se dote, tout près du collège, d'un grand complexe sportif, celui du Bouzet, qui héberge l'association : il y a une piscine (25 m), plusieurs terrains de football (naturel et synthétique), des terrains de rugby, un dojo, plusieurs terrains de basket-ball, une salle d'escalade, des salles de tennis de table (SAGCTT) et des terrains de tennis[47].

    Économie

    Agriculture

    Agriculture traditionnelle jusqu'au partage de la lande

    L'organisation du territoire se caractérise pendant plusieurs siècles, comme dans la plupart des villages landais, par la coexistence de vastes terres de parcours sans arbre inondées l'hiver et de plateaux drainés, cultivés ou boisés. L'économie locale repose dans cette zone connue sous le nom des Landes de Bourdeaux sur un système polycultural adapté à l'environnement naturel, les surplus (agneaux, bois, cire) sont apportés à la ville à pied ou avec des attelages[48].

    Schéma illustrant l'agro-pastoralisme landais

    La technique de l'écobuage permettait l'exploitation de la lande que les pasteurs incendiaient au printemps, enrichissant ainsi le sol de cendres. L'élevage extensif des moutons occupait tous les plateaux. Dans les vallées, le long des nombreux ruisseaux, des prairies naturelles portant le nom de peloues leur offraient de l'herbe tendre et appétissante.
    Le seigle et le millet, servant à faire le pain, étaient les seules cultures pratiquées mais les rendements étaient médiocres[49]. Le millet sera remplacé par le maïs dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

    Sur les terres graveleuses, des vignes avaient été plantées : Cestas est classée paroisse vinicole sur une carte de 1714[50] et dix vignerons sont recensés comme propriétaires en 1758[51].

    Sur la carte de Cassini de nombreux bois sont également cartographiés : il s'agit en majorité de chêne tauzin dont les branches liées en fagots sont vendues, très cher, à Bordeaux comme bois de chauffage[52], ainsi que de quelques pignadas entourés de fossés de drainage : en 1785, 650 journaux de landes sont affiévés à Jean-Baptiste Lamothe comprenant terres labourables et pignadas[53].

    Une révolution, le partage de la lande

    Cestas sur la carte de Belleyme en 1785

    En vingt ans, la quasi-totalité de la lande cestadaise est aliénée au profit de propriétaires bordelais comme en témoigne la carte de Belleyme. Les concessions pour ensemencement sont numérotées de 1 à 33 dans les registres de la Jurade[54].

    À la suite de la déclaration royale du 13 août 1766, les terres incultes défrichées furent exemptées de taille et de dîme pendant 15 ans. Comme les accensements offraient plus de bénéfice que les redevances de pacage, les Seigneurs d'Ornon aliénèrent de plus en plus leurs vacants. Mais les bienfaits agricoles de ces accensements se firent au détriment des ressources des habitants, fournies jusque-là par les vacants.

    Après la Nuit du 4 août 1789...

    Les premières statistiques du relevé cadastral de 1810 indiquent pour les terres labourables une superficie de 371 ha 76 a (soit environ 4 % de la superficie totale) ainsi que 15 ha de jardins.

    Un siècle plus tard, Cestas est devenue une commune forestière : la surface utilisée pour les pins est passée de 965 ha en 1851 à 1842 ha en 1926. La population liée à cette activité a doublé : 77 résiniers sont actifs en 1926 mais il n'y a plus ni vigneron ni pasteur[55]. De nombreux étrangers sont employés, pour moitié des espagnols. Les produits résineux se vendent bien au point que l'on parle de l'arbre d'or, le bois a de nombreux débouchés : poteaux de mines ou de lignes télégraphiques, échalas pour les vignes ou caisses pour les bouteilles de vin et les primeurs, et naturellement bois d’œuvre.

    Économie contemporaine

    Il y a en 2015, 900 entreprises réparties sur 5 zones d'activité :

    1. La zone industrielle de Marticot (nouvelles technologies, activités de pointe (Bordeaux Productic, Strycker, Lectra, ...))
    2. Les zones d'activité Auguste I, II, III, IV, V et zone d'activité de Toctoucau (Scaso, Sucre d'Aquitaine, Agri33...)
    3. Dans le cadre des compétences de la communauté de communes : zones d'activité Jarry, la Briquetterie, le Courneau et Pot au Pin.

    En novembre 2014, a débuté la construction de la centrale solaire de Cestas d'une capacité de 300 MW. Elle a été inaugurée le 1er décembre 2015. Le plus grand parc européen solaire s'étend sur 250 hectares. Il est composé d'un million de panneaux solaires et produira 350 gigawatts-heure par an, ce qui permet de subvenir aux besoins en électricité d'une population équivalente à la ville de Bordeaux. Sa particularité est que les panneaux solaires sont orientés est-ouest pour optimiser le captage des rayons solaires.

    De grands blocs de maïsiculture ont été ouverts dans le massif forestier landais à la suite des incendies de 1949.

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    De l’église romane primitive, il reste un dessin daté de 1744 montrant une implantation surplombant le ruisseau de l’Eau Bourde, une description de l'abbé Jaubert dans sa Dissertation sur un temple octogone et sur plusieurs bas-reliefs trouvés à Sestos et un plan de 1871 dressé avant sa démolition. La surface au sol était de 177 m2. Cinq bas-reliefs encadrant le porche ont été conservés et enchâssés dans le mur extérieur de l’abside de l’église actuelle.
    À la suite des grandes épidémies de peste, l’église fut dédiée à saint André. Une confrérie s’étant alors constituée, une statue de saint Roch fut donnée à l’église au XVIIe siècle en remerciement par les Cestadais lors d’une épidémie de peste ovine (statue restaurée en 1995 et actuellement dans l'église).

    En 1871, l'édifice, jugé trop petit, n'est pas agrandi, mais démoli. La construction de l'église nouvelle (1873) est adjugée au rabais au sieur Goyetes ; elle est achevée en 1875-76.

    En 1911, un incendie détruit une partie de l’intérieur et les objets du culte. L’église est remise en état en 1912.

    En 1982, le Père Étienne Damoran étant curé, la mairie et la paroisse décident de restaurer les trois nefs et d’agrandir l’église. Cet agrandissement, résolument moderne, sera ajouté à la nef gauche de l’église. Les vieilles portes en bois du portail sont supprimées et remplacées par des portes en verre. Christian Lacrampe est chargé par le maire du suivi des travaux avec l’architecte Michel Sadirac.

    La décoration intérieure n’utilise que le bois et le bronze. Les sculptures sont de François Caldéron et Gérard Auliac. Les personnages des vitraux originels de la partie gauche de l’église, du XIXe siècle, sont intégrés après restauration dans les vitraux modernes assemblés au plomb à l’ancienne. Jacques Fonmarty a signé ces vitraux aux frais de la paroisse. En 1989, l’orgue, à bout de souffle, est remplacé par un instrument réalisé par Yves Sévère et inauguré en 1990.

    Une chapelle existe à Gazinet : elle a servi au culte jusqu'en 1964 puis a été désacralisée. Elle a ensuite servi de salle d'entraînement au judo et d'atelier de peinture municipal. En 1991, Pierre Ducout, alors maire de Cestas, décide de faire restaurer ce monument. La chapelle est consolidée, réparée et dotée de nouveaux vitraux (Marcel Couture). Elle sert actuellement de lieu de représentation et d'exposition et est utilisée une fois par an pour le culte.

    Le monument aux morts de la ville de Cestas se trouve devant l'église. À l'origine, il se trouvait sur une place en face de l'ancienne mairie. Cette place a été transformée totalement. On y trouve maintenant le centre culturel de Cestas ainsi que le cinéma et une salle des fêtes.

    Un mémorial a été édifié à la mémoire de Lucien Nouaux, dit Marc, et ses compagnons de résistance devant le cimetière de Gazinet.

    L'ancienne mairie se situe au centre-ville à côté du centre culturel. Elle abrite aujourd'hui en particulier la salle de billard.

    Du vieux Cestas, il ne reste presque plus rien de nos jours. Le vieux centre-ville a disparu lors de sa modernisation. Dans la rue qui mène de la mairie à l'église, se trouvaient la poste, la salle des fêtes, le château d'eau et la place du marché ainsi que des habitations. Tous les bâtiments de cette rue ont disparu entre la fin des années 1980, et le début des années 1990. N'en subsiste aujourd'hui qu'une devanture de magasin insérée dans un nouveau bâtiment face au centre culturel.

    Il subsiste à Cestas un vieux four à pain restauré dans les années 1980-1990. On peut le visiter et chaque année une fête du pain y est organisée par la mairie.

    Une source ferrugineuse très froide se trouve dans la forêt de Cestas, près de la maison dite « des abeilles ». Celle-ci se déverse dans l'Eau Bourde tout en laissant des traces de fer. Napoléon Ier s'y est arrêté avec ses troupes, pour une nuit, lors de sa descente vers l'Espagne. Autrefois, les Bordelais venaient s'y reposer et danser.
    C'est maintenant un lieu de promenade des Cestadais qui a été aménagé : bancs, parking et salle des fêtes avec barbecue.

    Situés à Gazinet, les étangs sont artificiels. Le sol très argileux a été longtemps exploité pour fabriquer des tuiles puis des briques.

    Une tuilerie médiévale (Peymartin) était située aux Sources ; on peut y voir d'anciens fours.
    À Monsalut, plusieurs espaces d'extraction se sont remplis d'eau. On peut encore voir également aux Étangs les ruines des supports de rails des wagonnets (voie Decauville) servant à l'alimentation de la briqueterie du XIXe siècle, qui a été en activité jusque dans les années 1960 et a fait vivre le quartier, y compris ses écoles. C'est devenu un lieu de promenade et de pêche.

    Le baron Haussmann, grand architecte réputé pour la création des avenues de Paris et de Bordeaux avait une propriété à Cestas. Celle-ci est située à moins d'un kilomètre du bourg. Il venait s'y reposer et chasser. Ce château appartenait en réalité à sa femme, Mlle de la Harpe. Il était moderne puisqu'en 1860, il y avait déjà l'eau courante. Ce château est maintenant privé et n'est pas visitable (mis à part quelques scolaires). Il a été inscrit au titre des monuments historiques en 1975 et 1989[56].

    Au milieu du XXe siècle, la forêt des Landes a été victime d'un nombre important d'incendies réduisant presque de moitié la surface boisée. Le plus gros incendie fut celui du mois d'août 1949 (Incendie de la forêt des Landes de 1949), entre Bordeaux et Arcachon.
    Situés sur la RN 10, au lieu-dit Le Puch, au sud de Cestas, les monuments aux victimes ont été construits pour rendre hommage aux hommes morts lors de ce gigantesque incendie.

    82 hommes de Cestas et des communes environnantes sont morts brûlés ou asphyxiés en combattant le feu. Cet incendie est accidentel et l'on dit que c'était un été très chaud, que la forêt était sèche et que le sous-bois n'avait pas été entretenu pendant les années de guerre. Deux ouvriers avaient allumé un feu pour réchauffer leur repas, le feu s'est propagé très vite créant un incendie.

    Depuis, pour éviter qu'une telle catastrophe ne se reproduise, des pare-feux ont été mis en place (large chemin délimitant des parcelles de pins) ainsi qu'une caserne de pompiers et des tours de surveillance.

    Elle a été ouverte le 7 mai 1841 par la Compagnie du chemin de fer de Bordeaux à La Teste pour transporter les troncs de pins exploités aux alentours. Elle a ensuite été transformée en gare de tourisme pour les voyageurs bordelais qui venaient passer une journée à la campagne ou se rendaient à Arcachon. C'est grâce à la gare que des commerces se sont créés et que le quartier de Gazinet s'est développé.

    Environnement et patrimoine naturel

    Jumelages

    Personnalités liées à la commune

    Héraldique

    Les armes de Cestas se blasonnent ainsi : Écartelé d'or à la hure de sanglier arrachée au naturel et de sinople à la ruche d'or ouverte de sable, à Saint Roch auréolé d'argent tenant un bourdon du même brochant sur la partition.

    Voir aussi

    Bibliographie

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

    Références

    1. Cestas sur Géoportail, consulté le 2 novembre 2015.
    2. Cestas sur Géoportail, consulté le 2 novembre 2015.
    3. Les amis du vieux Cestas 2012 page 168
    4. Les amis du vieux Cestas 2012 page 52 et 121
    5. Les amis du vieux Cestas 2012 page 105
    6. Système d'information du bassin Adour-Garonne, « Ma commune, Cestas », Fiche commune (consulté le 15 décembre 2015)
    7. http://www.usinenouvelle.com/article/la-poste-cree-une-nouvelle-plate-forme-en-gironde.N24748
    8. http://www.sudouest.fr/2012/03/16/coup-de-chaud-sur-le-tri-660611-2833.php
    9. Claude Grandet 1950 page 52
    10. Les amis du vieux Cestas 2012, pages 126-138
    11. Les amis du vieux Cestas 2012 page 165
    12. Commissaire enquêteur : Sylvain BARET, « Déclaration de projet emportant mise en compatibilité du POS de Cestas », (consulté le 13 août 2016), Enquête n° E16000029 / 33.
    13. Oscar Déjean, « Guide du voyageur à La Teste et aux alentours du bassin d'Arcachon », sur Gallica, (consulté le 25 décembre 2015), p. 13
    14. Naissance de Toctoucau par Martine Lesgards, exposition 14 et 15 septembre 2013
    15. Cestas sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 18 avril 2015.
    16. Raoul Dosque, « Un trésor de l'époque morgienne », Société Archéologique de Bordeaux, Féret et fils (Bordeaux), (consulté le 15 décembre 2015), p. 61-63
    17. Les amis du vieux Cestas 2012, p. 7
    18. Émilien PIGANEAU, « Essai de répertoire archéologique du département de la Gironde », Société Archéologique de Bordeaux, Féret et fils (Bordeaux), (consulté le 15 décembre 2015), p. 22
    19. Pierre Cuzacq (1830-1903), « Les grandes Landes de Gascogne : études historiques et géographiques », sur Gallica, BNF, (consulté le 26 décembre 2015), p. 56
    20. Les amis du vieux Cestas 2012, p. 9
    21. Vénance Fortunat, traducteur Charles Nisard, « Poésies mêlées : XVIII. De la villa Bisson, prés de Bordeaux », Librairie de Firmin-Didot, (consulté le 15 décembre 2015)
    22. Les amis du vieux Cestas 2012, page 163
    23. François Jouannet, « Notices de quelques antiquités récemment découvertes à Bordeaux et aux environs », Actes de l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, H. Gazay (Bordeaux), (consulté le 15 décembre 2015), p. 310-313
    24. 1 2 Abbé Pierre Jaubert, « Dissertation sur un Temple octogone et plusieurs Bas reliefs trouvez à Cestas : lesquels désignent des fêtes de Cybèle, une initiation à ses mystères, et un sacrifice qu'on lui a offert ; Enrichie de figures en taille douce et des notes curieuses. », (consulté le 15 décembre 2015)
    25. Les amis du vieux Cestas 2012
    26. Les amis du vieux Cestas 2012, page 13
    27. Stéphane Barry, « Bordeaux face à la peste au XVIe et XVIIe siècles », Société française d'histoire de la médecine, Histoire des sciences médicales, (consulté le 22 décembre 2015)
    28. Les amis du vieux Cestas 2012 page 19
    29. Les amis du vieux Cestas 2012 pages 16-17
    30. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 514
    31. Historique des communes, p. 15, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 2 novembre 2015.
    32. G. J. Durand, « Projet général et documents pour l'établissement d'un nombre suffisant de fontaines dans la ville de Bordeaux », sur Gallica, (consulté le 4 février 2016).
    33. Jacques Batigne, Nous sommes tous des otages, Plon, , p. 34.
    34. Christophe Caupenne, Négociateur au RAID, Le Cherche midi, 29 septembre 2011, 278 pages, consulté le 13 décembre 2013.
    35. Le Crapouillot, printemps 1969.
    36. Paris Match no 1034, 1er mars 1969
    37. Commune de Cestas sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 18 décembre 2011.
    38. « Jumelage(s) de Cestas », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 19 janvier 2013)
    39. Nom des habitants de Cestas sur habitants.fr, consulté le 18 décembre 2011.
    40. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
    41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
    43. 1 2 3 4 5 INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
    44. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
    45. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
    46. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
    47. Les amis du vieux Cestas 2012, pages 224-227
    48. Claude Grandet 1950 p. 110
    49. Claude Grandet 1950 p. 100
    50. Guillaume Delisle, « Carte du Bourdelois, du Périgord et des provinces voisines », (consulté le 6 janvier 2016)
    51. Claude Grandet 1950 p. 107
    52. Abbé Jacques Baurein, « Variétés bordelaises, essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. », 1784-1786 (consulté le 6 janvier 2016), p. 345
    53. Claude Grandet 1950 p. 106
    54. Les amis du vieux Cestas 2012 page 34
    55. Claude Grandet 1950 p. 52
    56. « Notice MH du château », notice no PA00083518, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 décembre 2011.
    57. Gérard Leroux
    This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.