Delphine de Nucingen

Delphine de Nucingen entre son amant Eugène de Rastignac et son vieux père.

Delphine Goriot, épouse du baron du Nucingen, est un personnage récurrent de La Comédie humaine d’Honoré de Balzac dont les aventures débutent dans le Père Goriot.

Fille du vermicellier Jean-Joachim Goriot, née en 1792, elle a une sœur aînée Anastasie de Restaud. Les deux sœurs se jalousent et se détestent copieusement.

Chronologie dans la Comédie humaine

Ce riche banquier ne lui donne que le strict nécessaire, c’est pourquoi Delphine est toujours à la recherche d’argent. Elle vient arracher à son père les derniers deniers du vieillard pour payer les dettes contractées par elle chez Gobseck en faveur de son amant (Henri de Marsay). Maître Derville se charge des transactions. Devenue la maîtresse d’Eugène de Rastignac, elle s’installe avec lui dans un petit appartement aménagé par le père Goriot qui pense finir ses jours aux côtés des deux tourtereaux. Les espoirs du vieillard seront déçus. Delphine est tout entière occupée à être reçue chez la vicomtesse de Beauséant dont le salon au faubourg Saint-Germain ne s’ouvre qu’aux gens titrés de longue date. Ce qui n’est pas le cas de Delphine, ex-roturière. Eugène de Rastignac réussit tout de même à la faire admettre au bal d’adieu de la vicomtesse qui quitte Paris par dépit amoureux, après avoir été abandonnée par le marquis d'Ajuda-Pinto. Delphine ne poursuit qu’un seul but : appartenir au faubourg Saint-Germain. Ce qu’elle parviendra à faire

Mentionnée également dans

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.