Gare de Grenoble

Grenoble
Image illustrative de l'article Gare de Grenoble
Le parvis après sa transformation en 2016.
Localisation
Pays France
Commune Grenoble
Adresse 1 place de la Gare
38000 Grenoble
Coordonnées géographiques
45° 11′ 27″ nord, 5° 42′ 53″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
TER Rhône-Alpes
Caractéristiques
Ligne(s) Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble)
Grenoble à Montmélian
Voies 7
Quais 4
Transit annuel 7 530 317 voyageurs (2015)[1]
Altitude 212 m
Historique
Mise en service 1858
Ouverture 1968 (reconstruction)
Correspondances
Tramway  A B
Autobus  C1
Autocar Transisère

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : Isère

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

La gare de Grenoble est une gare ferroviaire française située sur la commune de Grenoble, dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des TGV et des trains régionaux du réseau TER Rhône-Alpes.

Situation ferroviaire

Établie à 212 mètres d'altitude, la gare de Grenoble est située au point kilométrique (PK) 130,538 de la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble). Gare de bifurcation, elle est également l'origine de la ligne de Grenoble à Montmélian.

Histoire

Cet article contient une ou plusieurs listes.
 (août 2016).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

XIXe siècle

La gare PLM en 1870

XXe siècle

La gare PLM au tout début du XXe siècle, avec de nombreux fiacres qui attendent des voyageurs.
La gare en 1901. Les correspondances s'effectuent avec le réseau de tramway SGTE et la ligne de tramway de Grenoble à Chapareillan.
Une Caravelle, en 1981.

XXIe siècle

La gare en 2006 vue depuis le toit du World Trade Center d'Europole.
L'ancien hall avant sa rénovation en 2016.

Travaux de modernisation de 2014 à 2017

Après une période de concertation publique, le chantier de modernisation de la gare SNCF de Grenoble, ainsi que la construction d'une nouvelle gare routière, ont été lancés dès l'été 2014[5]. Ces travaux comprennent un prolongement du passage souterrain sud, une nouvelle entrée de gare côté Europole vers la place Robert-Schuman, une nouvelle zone d'accueil pour les taxis, une refonte du hall de vente et de l'espace billetterie, une nouvelle gare routière de vingt quais disposant de son propre bâtiment, dont le rez-de-chaussée sert d'espace d'attente des voyageurs et l'étage est affecté à l'exploitation et aux conducteurs.

La gare comprend également deux silos à vélos d'une capacité totale de 2 000 places en consigne automatique, conçus par Altinnova et réalisés sur quatre niveaux accessibles par ascenseurs et une rampe de circulation. Ce système, unique en France, constitue son plus important parc de stationnement gratuit de vélos.

A cette occasion est également créée une maison du vélo de 300 m2 accueillant une agence métrovélo, le service de location et de consigne de vélos de Grenoble Alpes Métropole, ainsi que quatre nouveaux commerces, des espaces végétalisés et des espaces parkings réaménagés.

Après 32 mois de travaux, l'ensemble du pole gare est inauguré le 14 février 2017 en présence du directeur de gares et connexions de la SNCF[6],[7].

Service des voyageurs

Accueil

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Desserte

Les quais avant rénovation de 2016.

Reliée par le TGV à Paris en 2 h 55 min, la gare de Grenoble est surtout un important nœud ferroviaire régional, au croisement des trois branches de l'« Y grenoblois », en provenance de Lyon-Part-Dieu et de Valence-Ville (branche Nord-ouest), de Chambéry-Challes-les-Eaux (branche Nord-est) et de Gap (branche Sud).

En tout, l'agglomération grenobloise compte sept autres gares, en l'occurrence celles d'Échirolles, de Grenoble-Universités-Gières, de Jarrie-Vizille, de Pont-de-Claix, de Saint-Égrève-Saint-Robert, de Saint-Georges-de-Commiers et de Vif.

TGV

Les liaisons par TGV desservant cette gare sont :

TER

Terminus d'un TER en rame tractée, venant de Chambéry, en 2009.
Un TER pour Rives attend son départ.

Les liaisons régionales (réseau TER Rhône-Alpes) desservant Grenoble sont :

La ligne des Alpes, qui relie Grenoble à Veynes - Dévoluy, Gap et Briançon, permet des correspondances en gare de Veynes pour Sisteron, Manosque, Aix-en-Provence et Marseille.

Intermodalité

Réseau TAG (station et arrêts « Gares ») :

Gare routière :

Dépôt de Grenoble et Centre Autorails

La capitale des Alpes a été dotée d'un important dépôt de locomotives ayant compté jusqu'à 130 locomotives hébergées sous 3 rotondes. Grenoble possédait aussi un Centre Autorails qui a, depuis 1972, été transformé en dépôt relais de Chambéry. L'arrivée du diesel et la fin de la traction à vapeur a condamné le dépôt de Grenoble avec l'arrivée des BB 66000, BB 67000 et A1AA1A 68000 basés dans les dépôts voisins de Vénissieux, Portes-lès-Valence et de Chambéry. Le Centre Autorails se voyait également condamné par l'arrivée des X 2800 basés à Lyon-Vaise.

Le dépôt

Il possédait à l'origine une petite remise avec plaque tournante pour la Compagnie du Dauphiné. Le PLM y ajouta une rotonde couverte complète (démolie en 1965) avec plaque tournante, une rotonde de type G (en demi-lune) avec plaque tournante et un atelier de levage. Le dépôt était situé dans la partie Nord-ouest du triangle situé entre les voies de la gare de Grenoble, le canal de Fontenay (aujourd'hui rue Félix-Esclangon) et la rue Pierre-Sémard. Lorsque le dépôt de Grenoble est devenu relais en 1972, il a hébergé, jusqu'à sa démolition, des locomotives de passage des dépôts voisins. Le dépôt de Grenoble a été supprimé en 1978 pour y accroître la zone des marchandises située jusqu'alors dans la partie sud du triangle. Aujourd'hui les terrains sont occupés par le quartier de la Cité Internationale au nord du Palais de Justice. C'est l'ancienne remise de la Compagnie du Dauphiné qui a été démolie en dernier car elle avait bénéficié d'un sursis, ayant été louée à un industriel pour stocker de la pâte à papier. L'ensemble des installations de garage des locomotives a été transféré dans les anciennes installations du Centre Autorails de Grenoble qui est aujourd'hui un dépôt relais du dépôt titulaire de Chambéry.

Locomotives à vapeur

La 141R 1187 du dépôt de Vénissieux a tracté le dernier train régulier de marchandises entre Grenoble et Lyon le 10/01/1973 et est conservée au Musée français du chemin de fer à Mulhouse.

Locomotives diesels

Locomotives électriques

Automotrices et automoteurs

Le Centre Autorails

Créé le 01/07/1935, par le PLM, il hébergea des autorails Michelin, Decauville et Berliet. Il ferma en 1973 avec la radiation des autorails Decauville X 52000 et X 52100 qui ont effectué toute leur carrière à Grenoble. Aujourd'hui, ses installations servent de dépôt relais et d'entretien pour les engins moteurs de passage.

Autorails

Notes et références

  1. « Fréquentation en gares – Grenoble », sur SNCF Open Data, traitement du 10 février 2017 (onglet informations) (consulté le 13 avril 2017).
  2. Jean-Marie Guétat, William Lachenal, et Georges Muller, Du Tram au TAG, La Vie du Rail, (ISBN 2902808275).
  3. La Vie du rail magazine no 3323 () : « Bonnes feuilles », photo légendée de la p. 49.
  4. www.aedtf.org
  5. Site de la ville de Grenoble sur le chantier de la nouvelle gare
  6. sncf.com du 14 février 2017, Nouvelle gare SNCF de Grenoble : plus confortable et plus pratique !
  7. Claude Ferrero, « Grenoble met en service sa gare modèle : Le nouveau pôle d'échange intermodal de la ville devra répondre à une forte fréquentation. Il s'impose en France comme le premier site de stationnement de vélos avec 2000 places », Ville, Rail & Transports, no 597, , p. 14 (ISSN 2269-4544).

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Lyon-Saint-Exupéry-TGV TGV Modane Milan-Porta-Garibaldi
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon
ou Lyon-Saint-Exupéry-TGV
TGV Terminus Terminus
Marseille-Saint-Charles Valence-TGV TGV Chambéry - Challes-les-Eaux Annecy
Lyon-Part-Dieu Bourgoin-Jallieu
ou Voiron
TER Rhône-Alpes Terminus Terminus
Lyon-Perrache
ou Saint-André-le-Gaz
ou Rives
Voreppe TER Rhône-Alpes Terminus
ou Échirolles
Terminus
ou Grenoble-Universités-Gières
Avignon-Centre
ou Valence-Ville
ou Terminus
Moirans
ou Terminus
TER Rhône-Alpes Terminus
ou Grenoble-Universités-Gières
Terminus
ou Chambéry - Challes-les-Eaux
ou Annecy
ou Évian-les-Bains
Valence-Ville
ou Terminus
Saint-Marcellin
ou Terminus
TER Rhône-Alpes Grenoble-Universités-Gières Genève-Cornavin
Valence-Ville
ou Saint-Marcellin (Isère)
ou Terminus
Saint-Égrève-Saint-Robert
ou Terminus
TER Rhône-Alpes Terminus
ou Échirolles
Terminus
ou Grenoble-Universités-Gières
ou Chambéry - Challes-les-Eaux
Terminus Terminus TER Rhône-Alpes Pont-de-Claix Clelles - Mens
Terminus Terminus TER Rhône-Alpes /
PACA
Pont-de-Claix Veynes - Dévoluy
ou Gap
ou Briançon
This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.