Inventaire général du patrimoine culturel

L’inventaire général du patrimoine culturel, anciennement appelé inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France et désigné couramment comme inventaire général ou même simplement inventaire, est un service national créé par décret du 4 mars 1964 à l'initiative d'André Malraux et d'André Chastel.

Piloté par la direction générale des Patrimoines au ministère de la Culture, il est depuis 2005[1] mis en œuvre par les régions à la suite de la décentralisation.

Historique

L’inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France a été lancé en 1964 dans le cadre du IVe Plan. Il succède à l'Inventaire général des richesses d'art de France du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, dont plusieurs volumes ont été publiés chez Plon au début du XXe siècle.

Dans les années 1980, les services régionaux de l'inventaire se dotent de centres régionaux de documentation du patrimoine[2].

À partir du 1er janvier 2005, la réalisation de l'inventaire a été progressivement transférée aux régions, l'État continuant d'assurer la coordination et le contrôle.

Assuré précédemment par la direction de l'Architecture et du Patrimoine, le pilotage de l'Inventaire est rattaché à partir de 2010 au service du patrimoine de la direction générale des Patrimoines.

Mission

Sa mission originelle telle qu'exprimée en 1964 était de « recenser et décrire l'ensemble des constructions présentant un intérêt culturel ou artistique ainsi que l'ensemble des œuvres et objets d'art créés ou conservés en France depuis les origines ».

Elle est actuellement formulée ainsi : « recense[r], étudie[r] et fai[re] connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique. »

Un bien inventorié à l'« inventaire général du patrimoine culturel » n’est pas pour autant un monument historique, ce qui n'est pas le cas pour ceux inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques et ceux qui sont classés comme tel.

Organisation

La direction générale des Patrimoines, plus spécialement le service du patrimoine, est chargée des opérations réalisées au niveau national ainsi que du contrôle scientifique et technique de l'État. L’essentiel de l’inventaire est désormais confié aux conseils régionaux et à l'Assemblée de Corse. En effet, la loi no 2004-809 du 13 août 2004, relative aux libertés et aux responsabilités locales, a transféré aux régions, à compter du 1er janvier 2005, les compétences en matière d'inventaire. Toutefois, la même loi autorise des communes ou leurs groupements à s’en charger par convention avec le service régional.

Ces différents services élaborent une information de nature scientifique selon des normes nationales. Cette information (bases de données, textes, photographies, relevés graphiques, cartographie, bibliographie…) fournit aux chercheurs, aux historiens de l'art, aux architectes des bâtiments de France, aux conservateurs, aux élus locaux, des séries de données homogènes sur les édifices et les objets d'art de la France.

Publication

Cette enquête donne lieu à la publication par l'Imprimerie nationale d'une collection de monographies portant sur le patrimoine d'un canton ou d'une commune française.

En trente-cinq ans, 35 % du territoire a été recensé[3].

Bases informatiques

Le service de l'inventaire a aussi créé les bases :

Liste des volumes publiés

Cette liste n'est pas exhaustive.

Ouvrages généraux

Méthodologie
Terminologie

Publications d'archives publiques

Monographies

Monographies du corpus de l'architecture rurale française
Monographies régionales (inventaires topographiques)

Cadre législatif et réglementaire

Publications antérieures

Notes et références

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.