Jacques Chessex

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chessex.

Jacques Chessex, né le à Payerne et mort le [1] à Yverdon-les-Bains, est un écrivain, poète et peintre suisse de langue française. Il est le seul écrivain suisse ayant reçu le prix Goncourt[2], mais également le prix Goncourt de la poésie en 2004.

Biographie

Jacques Chessex est le fils de Pierre Chessex, étymologiste, linguiste, directeur d'établissement secondaire et écrivain vaudois. Il fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend les lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français et du latin, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le Jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une voix la Nuit, Batailles dans l'air.

En 1956, Pierre, son père, se suicide. La suite de son œuvre tirera alors l’essentiel de sa dramaturgie et de sa thématique d’un scénario existentiel marqué par le départ subit de ce père sévère, mais aimé. Lauréat du prix Goncourt en 1973 pour son roman L'Ogre, l'écrivain occupe alors une position majeure dans la littérature romande. Se plaçant clairement dans une tradition littéraire vaudoise et romande, Jacques Chessex entretient des liens étroits avec Paris (chroniqueur de La Nouvelle Revue française, membre correspondant de l'Académie Goncourt[réf. nécessaire]).

Une exposition lui étant consacrée a eu lieu en 2003 à la Bibliothèque nationale suisse à Berne. Intitulée « Il y a moins de mort lorsqu'il y a plus d'art » celle-ci fut constituée de sept parties : les écrits autobiographiques « Autographe », le thème de l'absolu et de la religion « Métaphysique », de la femme et de l'érotisme « Féminaire », l'attachement à « La Suisse romande » et à « La France », la fascination pour la nature et les animaux « Bestiaire », enfin les textes consacrés aux peintres ou écrits en collaboration avec eux « Peintres ».

Fait chevalier de la Légion d'honneur à Berne, le 18 septembre 2002, Jacques Chessex, également membre du jury du prix Médicis depuis 1996, reçoit en 2003 le grand prix de la langue française pour l'ensemble de son œuvre et le grand prix du rayonnement français de l'Académie française. En 2004, Jacques Chessex reçoit la Bourse Goncourt Poésie attribuée par l'Académie Goncourt.

Jacques Chessex meurt subitement des suites d'un malaise cardiaque[1] alors qu'il participe à une conférence à la bibliothèque publique d'Yverdon-les-Bains[3] au sujet de l'adaptation théâtrale de son roman la Confession du pasteur Burg, alors qu'il répondait à une personne « qui lui reprochait violemment son soutien à Roman Polanski[4],[5],[6] ».

Après avoir reposé à la chapelle Saint-Roch à Lausanne, les obsèques eurent lieu le 14 octobre 2009 à la cathédrale de Lausanne, où environ 600 personnes lui ont rendu un dernier hommage. Parmi les personnalités publiques, figuraient notamment Jérôme Garcin, qui a prononcé un éloge funèbre, Marcel Imsand, Pietro Sarto, Freddy Buache, Lionel Baier, Michel Thévoz, Jean Romain. Il fut ensuite inhumé le même jour, dans l'intimité, au cimetière de Ropraz, qui fait face à la maison où il habitait depuis 1978[7].

Le fonds d'archives de Jacques Chessex se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.


Publications

Poésie

Jacques Chessex en 1991.

Romans et récits

Nouvelles

Chroniques et morceaux

Portraits

Contes

Essais et critique littéraire

Écrits sur l'art

Peinture

Correspondance

Revues littéraires

Jacques Chessex a publié des textes et des poèmes dans les revues suivantes :

Participation à des jurys littéraires

Décorations

Filmographie

Sources

Cet article ou une de ses sections doit être recyclé
 (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Notes et références

  1. 1 2 http://www.24heures.ch/actu/culture/jacques-chessex-victime-malaise-2009-10-09
  2. « Décès du romancier Jacques Chessex, le Goncourt suisse » Aujourd'hui en France le 9 octobre 2009
  3. « Jacques Chessex : mort parmi les livres » de Patricia Gnasso pour Le Matin du 9 octobre 2009
  4. « Jacques Chessex, mort sur scène » de Sophie Anmuth pour L'Express le 12 octobre 2009
  5. « Jacques Chessex : un homme d’une grande écoute » Frédéric Ravussin et François Barras La Tribune de Genève le 12 octobre 2009
  6. Le dernier jour de M. Chessex par Jérôme Garcin
  7. Jacques Chessex: dernier hommage à Lausanne, Radio télévision suisse, 14 octobre 2009

Annexes

Bibliographie

Liens externes

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.