Kevin Larmee

Kevin Larmee
Naissance

Ridgefield Park, New Jersey
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Cigarette Lithographie, 32" x 47", 1985 Brooklyn Museum
Two Ladies Huile sur toile, 20" x 20", 2002
Rooftop Pool
Acrylique sur papier, collé au mur, 10' x 14', 1984, New York

Kevin Larmee (né en 1946)[1] est un peintre américain, connu pour son investissement dans le mouvement de l'East Village à New York durant les années 1980.

Ses débuts

Kevin Larmee est né à Ridgefield Park, New Jersey, et élevé dans la banlieue de Chicago, Illinois[2]. Il suit des cours au collège Shimer, situé à Mount Carroll, Illinois de 1965 à 1967, puis à l'Institut des Arts de San Francisco de 1967 à 1968 et à nouveau à Shimer durant l'année 1969-70[3].

Sa femme, Susan Isono, et lui déménagent à New York en 1979, vivant à Soho avec leur fils Blaise Larmee, né en 1985.

Carrière

Peinture

Au début de l'année 1983, la scène culturelle new yorkaise commence à se déplacer de Soho vers l'East Village, à la suite de l'ouverture de nombreuses galeries[4]. En 1984, se rendant compte que son travail n'attirait pas assez l'attention du monde de l'art, il commença à afficher ses œuvres, en pleine nuit, sur les murs des bâtiments proches des galeries du Lower Manhattan[5],[6],[7]. Régulièrement, il vérifiait leur état pour les protéger des éléments et des graffitis[2]. Ses peintures pouvaient rester en place plusieurs mois avant d'être retirées ou abimées[6],[8].

Il fut bientôt exposé dans des galeries de New York et dans d'autres lieux aux États-Unis pendant qu'il poursuivait son travail de création dans les rues[4],[5],[7]. Il devint un élément majeur des artistes de rue, exposé dans les galeries[2]. Présent à la galerie de l'avenue B dans le Lower East Side durant les années 1980 jusqu'à la fermeture de celle ci à la fin de la décennie[6],[8],[9]. Il exposa aussi au Musée de Brooklyn durant la 24e édition: Publique et privée; Impressions américaines d'aujourd'hui. Cette exposition fut présentée dans différents musées du pays en 1986[10]. Sa lithographie de 1985, Cigarette, fait partie de la collection permanente du Musée de Brooklyn[11] ainsi que d'autres travaux dans les collections des musées de Grand Rapids, d'Indianapolis et de Toledo[12].

En 1989, le peintre et sa famille s'installèrent à Chicago où il continue de peindre[13].

Style

Les œuvres de Larmee durant les années 1980 prennent souvent place dans un environnement urbain la nuit avec un ou deux personnages dans des rues désertes, sur des quais de métro[5] ou face à des plans d'eau brillants[14] juxtaposant des silhouettes minimalistes, des couleurs vives et des arrières plans à motifs[13]. Sa technique est définie par "d'amples mouvements de brosse et une texture rude"[5]. Le New York Times estime que ses peintures du métro "vibrent à l'unisson des trains en mouvement"[4]. Symptomatique est l'œuvre de rue intitulée "le Blond à cigarette", montrant un homme debout, tenant une cigarette, ses yeux vides dirigés vers le sol, devant un arrière plan du paysage new yorkais[7]. Influencé par l'Impressionnisme, ses toiles sont souvent peintes avec des personnages à plat et une composition maitrisée[6],[15].

Expositions (sélection)

Références

  1. James Sheehan, “Larmee: in from the street”, East Informer, October 1985.
  2. 1 2 3 Jonathan Mandell, “Urban Artifacts”, New York Daily News, August 18, 1985.
  3. "Eight Urban Painters: Contemporary Artists of the East Village" (PDF).
  4. 1 2 3 Helen A. Harrison, “Urban Anxieties Reflected In Paintings From East Village”, New York Times, August 17, 1986.
  5. 1 2 3 4 Victoria Donohoe, “Show Emphasizes New Genre Painting”, Philadelphia Inquirer, October 18, 1986.
  6. 1 2 3 4 Stephanie Arena, “Kevin Larmee”, Pulp, July/August 1990.
  7. 1 2 3 Matthew Rose, “Kevin Larmee”, Arts Magazine, May 1986.
  8. 1 2 Robyn Perry, “Private Eye”, Artillery Magazine, Vol. 3, No. 3, January/February 2009.
  9. Carter Ratcliff, “The Art of Innocence”, Elle, Volume II, Number 6, February 1987.
  10. “Exhibitions: National Print Exhibition, 24th Biennial: Public and Private: American Prints Today”, Brooklyn Museum, February 7, 1986.
  11. Cigarette, Brooklyn Museum.
  12. Museum References for Kevin Larmee, askart.com.
  13. 1 2 Barbara B. Buchholz, “Elke Claus’ Vivid ‘Information’”, Chicago Tribune, April 18, 1997.
  14. Lynn Snowden, “Luminescence Through Darkness”, East Village Eye, November 1985.
  15. Jacqueline Hall, “Divergent Lancaster shows reveal three faces of art”, The Columbus Dispatch, July 20, 1986.

Liens externes

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.