Khoïsan

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'ethnonyme « Khoïsan ». Pour la famille de langues, voir Langues khoïsan.
Khoïsan
Description de cette image, également commentée ci-après

Homme San, âgé de 33 ans.

Populations significatives par région
Population totale 300 000[1]

Autres
Langues Afrikaans[2], Langues khoïsan
Religions Christianisme, Religions traditionnelles africaines
Ethnies liées Sandawe
Description de cette image, également commentée ci-après

En jaune, zone d'habitat des locuteurs des langues khoïsan.

Khoïsan est un terme servant à désigner conjointement deux groupes ethniques d'Afrique australe qui partagent des caractéristiques génétiques et linguistiques les distinguant des populations bantoues majoritaires dans la région[3]. Culturellement, les Khoïsan se divisent entre les chasseurs-cueilleurs San[note 1], appelés aussi « Bochiman » (de l'anglais Bushmen) et les pasteurs Khoïkhoï , appelés Hottentots par les Afrikaners[4]. Les San forment la population autochtone d'Afrique australe, les Khoïkhoï étant arrivés un peu plus tard[5].

Les Bantous, venus du centre et de l'est du continent, quant à eux, arrivent dans la région vers 500 ap. J.-C. ; ils dominent et chassent les Khoïkhoï et les San pour devenir la population dominante. Il semblerait qu'au fil du temps, des Khoïkhoï aient abandonné leur mode de vie pastoraliste pour adopter le mode de vie de chasseur-cueilleur des San, probablement à cause d'une sécheresse climatique ; cela les aurait fait considérer comme des San. De la même manière, les bantous Damaras, dans leur migration vers le sud, auraient abandonné l'agriculture pour adopter l'économie des San.

Il reste de nombreux Khoïsan dans les zones arides de la région, notamment dans le désert du Kalahari.

Histoire

Khoisan faisant griller des sauterelles, 1805. Aquatinte par Samuel Daniell.

Dès le début du Paléolithique supérieur, des chasseurs-cueilleurs, relevant de la culture Sangoen, occupent le sud du continent africain dans des endroits où les précipitations annuelles sont inférieures à un mètre[6]. Ces populations du Late Stone Age sont les ancêtres des habitants actuels du désert du Kalahari ; les Khoïkhoï et San actuels ressemblent aux restes de squelettes qu'elles ont laissé[7]. Les populations Khoïsan d’Afrique australe acquièrent des moutons et du bétail quelques siècles avant l'arrivée des Bantous[8].

Les Bantous arrivent vers 500, détenteurs de compétences avancées en agriculture, développées depuis au moins 2000 av. J.-C., et maîtrisant la métallurgie du fer. Ils dominent et se métissent avec les Khoïsan, devenant la population majoritaire de l'Afrique australe jusqu'à l'arrivée des Néerlandais en 1652[9]. Auparavant, les Khoïsan avait été la population la plus nombreuse dans l'histoire de l'humain moderne[10],[11], « la plus grande population sur Terre à un moment donné[trad 1] », selon les termes du généticien Pontus Skoglund, de l'université Harvard[12].

Après l’arrivée des Bantous, les Khoïsan et leur mode de vie pastoral ou de chasseurs-cueilleurs restent dominants à l'ouest de la Fish River, en actuelle Afrique du Sud, et dans les déserts alentours, où le climat entrave le développement de l'agriculture bantoue, mieux adaptée à des étés humides qu'aux pluies d'hiver de la région[13].

Durant la période coloniale, les Khoïsan survivent dans ce qui est désormais l'Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana. Aujourd'hui, beaucoup de San vivent dans le désert du Kalahari, où ils sont en mesure de préserver leur culture et leur mode de vie. Dans les actuelles Afrique du Sud et Namibie, une grande partie des métis du Cap, des Xhosa et des Tswanas sont d'ascendance partiellement Khoïsan, dépassant de loin, en nombre, les populations Khoïsan proprement dites.

Linguistique

Une des preuves de la présence originelle des Khoïsan en Afrique australe est la répartition actuelle de leurs langues[note 2]. Les langues du groupe khoïsan présentent d'importantes différences de structure et de vocabulaire en dépit de leur grande proximité géographique, ce qui démontre une longue période d'influences réciproques et de co-évolution des langues dans la même région[14]. Par opposition, les langues des peuples d'origine bantoue de la région, telles celles des Zoulous et des Xhosa, sont très semblables. Cela indique une ascendance commune beaucoup plus récente pour le groupe bantou de la région[15]. Les Xhosa et les Zoulous ont adopté les « clics » représentant les consonnes, caractéristiques des langues khoïsan, ainsi qu'une partie du vocabulaire, dans leur langues respectives.

Génétique et biologie

Femme Khoïkhoï stéatopyge (vers 1900).

Charles Darwin écrit à propos des Khoïsan et de la sélection sexuelle dans son ouvrage de 1882, La Filiation de l'homme, arguant que la stéatopygie participe à l'évolution au travers de la sélection sexuelle chez l'homme[16].

Dans les années 1990, des études génétiques sur les peuples du monde montrent que le chromosome Y des San partage certains modèles de polymorphisme distincts de toutes les autres populations[12]. Du fait que le chromosome Y se transmet avec peu d'altérations d'une génération à l'autre, les tests génétiques sur l'ADN l'utilisent pour déterminer quand les différents sous-groupes se sont séparés les uns des autres et, donc, leur ascendance commune. Les auteurs de ces études suggèrent que les San sont l'une des premières populations à se différencier du dernier ancêtre commun à tous les humains existants par filiation patrilinéaire, l'Adam Y chromosomique, dont on estime qu'il vécut il y a 60 à 90 000 ans[17],[18]. Les auteurs notent également que leurs résultats doivent être interprétés comme se limitant à constater que les Khoisan « préservent des lignées anciennes » et non pas qu'ils ont « cessé d'évoluer » ou qu'ils sont « anciens », puisque les changements ultérieurs de leur population sont parallèles et similaires à ceux de toutes les autres populations humaines[19].

Plusieurs études sur le chromosome Y[20],[21],[22] confirment que les Khoïsan possèdent les haplogroupes du chromosome Y les plus variés, c'est-à-dire les plus anciens. Ces haplogroupes sont des sous-groupes spécifiques des haplogroupes A et B, les deux branches les plus anciennes de l'arbre du chromosome Y humain.

De manière similaire aux découvertes faites à l'occasion des études sur le chromosome Y, les recherches pratiquées sur l'ADN mitochondrial montrent aussi que les Khoïsan sont très fréquemment porteurs des plus anciens haplogroupes de l'arbre de l'ADN mitochondrial. Le plus ancien haplogroupe mitochondrial, le L0d (en), est très fréquent chez les Khoïkhoï et les San[20],[23],[24],[25].

Les caractères distinctifs des Khoïsan en matière d'ascendance matrilinéaire et patrilinéaire sont des indicateurs qu'ils représentent une population distincte des autres Africains.

Titres fonciers des Khoïsan

Les Khoïsan font partie des nombreux peuples qui ont été dépossédés de leurs terres par les autorités coloniales au xixe et au début du xxe siècle. Après la fin de l'apartheid, le gouvernement sud-africain a autorisé jusqu'en 1998 les familles Khoïsan à émettrent des revendications territoriales pour les terres spoliées après 1913. Le commissaire adjoint sud-africain aux revendications territoriales, Thami Mdontswa, a déclaré qu'une réforme constitutionnelle serait nécessaire pour permettre aux Khoïsan d'engager des poursuites pour des terres qui leur auraient été enlevées avant le 9 juin 1913[26].

Article connexe

Notes et références

Traductions

  1. (en) « the largest population on Earth at some point »
  2. (en) « Most Khoisan people now speak Afrikaans as their first language. »

Note

  1. Les San se désignent eux-mêmes par le terme Khoï, qui signifie « homme ».
  2. La plupart des Khoïsan ont désormais l'afrikaans comme langue maternelle[trad 2],[2].

Références

Bibliographie

Sources de l'article

Bibliographie complémentaire

Liens externes

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.