Paléographie

La paléographie (du grec ancien παλαιός / palaiόs (« ancien »), et γραφία / graphía (« écriture ») est l'étude des écritures manuscrites anciennes, indépendamment de la langue utilisée (grec ancien, latin classique, latin médiéval, ancien français, moyen français, français classique, anciens caractères chinois, notation musicale, etc.)

Épistémologie

La paléographie entretient des liens étroits avec des disciplines telles que la philologie, la codicologie ou la diplomatique et est considérée comme l'une des sciences auxiliaires de l'histoire.

La paléographie a trois objets :

Histoire de la discipline

Texte ancien

L'histoire de l'écriture latine est étudiée de façon systématique depuis le XVIIe siècle. Le moine Mauriste Jean Mabillon (1632-1707) a établi une histoire de l'écriture dans son traité de diplomatique De re diplomatica libri VI et il a donné des noms aux différentes écritures, dont plusieurs sont toujours en usage aujourd'hui.

Depuis le début du XXe siècle, la recherche en paléographie se consacre principalement à l'étude d'écoles d'écritures. Bernhard Bischoff (1906-1991), spécialiste des écritures carolingiennes, est célèbre pour sa mémoire photographique et ses connaissances très vastes, mais, d'un point de vue méthodologique, il a surtout poursuivi l'œuvre de son maître Ludwig Traube, avec une visée attributionniste.

L'analyse des écritures tardo-médiévales a surtout été mise à l'honneur par le système de classification de Gerard Isaac Lieftinck, qui a été très critiqué, puis étendu et amélioré par Johann Peter Gumbert et Albert Derolez. Pour l'écriture latine, en particulier française, les grands successeurs de Mabillon sont Champollion-Figeac, professeur de paléographie à l'École des chartes et fondateur de la collection de fac-simile, Natalis de Wailly (1805-1886), dont les Éléments de paléographie parus en 1832 ont été la base de l'enseignement de la paléographie à l'École des chartes, Léopold Delisle (1826-1910), Maurice Prou (1861-1930), Alain de Boüard (1882-1955), Charles Samaran (1879-1982), Jean Vezin (1933-), Robert Marichal (1904-1999), Emmanuel Poulle (1928-2011).

La paléographie se divise en plusieurs branches selon l'alphabet utilisé : paléographie latine (pour le latin, mais aussi le français, l'allemand, l'anglais etc.), paléographie grecque, paléographie arabe, paléographie hébraïque etc. La science des formes de notations de la musique au cours de l'histoire est connue sous le nom de paléographie musicale.

Elle doit être distinguée de l'épigraphie, l'étude des inscriptions, qu'on réduit souvent à l'étude des inscriptions les plus anciennes, mais qui est appliquée aussi pour le Moyen Âge. La papyrologie est une discipline-fille de la paléographie, qui se distingue par le support (papyrus contre codex manuscrits), plus fragile et souvent moins bien conservé et donc moins lisible.

Voir aussi

Liens externes

Articles connexes

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.