Pierre Barbéris

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barberis.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes
 (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Pierre Barbéris
Description de l'image defaut.svg.

Naissance
Décès (à 88 ans)
Activité principale

Pierre Barbéris, né à Paris le 3 mai 1926 et mort le 8 mai 2014, est un écrivain et critique littéraire français.

Surtout connu pour ses travaux sur Balzac, mais aussi spécialiste de Stendhal et de Chateaubriand, son approche, fortement marquée par le marxisme, s'inscrit dans le sillage de Georg Lukács.

Biographie

De 1942 à 1946, il est élève au lycée Henri-IV, puis de 1946 à 1951, à l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Après avoir effectué son service militaire à l'École d'officiers de Strasbourg (1951-1952), il est professeur au lycée français d'Alep en 1952, puis au lycée franco-libanais de Beyrouth de 1954 à 1961. Agrégé de Lettres modernes en 1960, il est successivement assistant à l'ENS de Saint-Cloud (1961), maître assistant (1963), maître de conférence à l'École normale supérieure de Saint-Cloud (1967), professeur (1972) professeur de littérature moderne à l'université de Caen (1976)[1].

De 1969 à 1975, il est président de l'Association française des enseignants de français et, de 1969 à 1971, président fondateur de la Société des études romantiques. Il a proposé une approche originale de l'œuvre de Chateaubriand (Chateaubriand, une réaction au monde moderne, 1976). À la suite de Georg Lukács[2], il fait une place importante dans ses analyses aux rapport entre la création littéraire et son contexte socio-politique, montrant ainsi comment la littérature romantique a pu être, en son temps, un « moyen de lecture du réel ».

Il propose aussi une réflexion sur la méthodologie avec Le Prince et le marchand (1980), vivement critiquée par René Pommier qu'il avait mis en cause dans cet ouvrage[3] (ce dernier s'en est pris également à la méthodologie de Sigmund Freud[4], de Roland Barthes[5] et de René Girard[6]).

Mort

Il meurt le à l'âge de 88 ans[7].

Vie personnelle

Il est l'époux de Marie-Anne Charbonnier, née Grasser, professeur de lettres au lycée Henri-IV, avec qui il a un fils, Jean-Jacques (1980), normalien et énarque, conseiller du président de la République François Hollande, qui devient une figure emblématique de la jeune génération des cabinets ministériels après avoir eu sa photo en couverture de L'Obs en février 2015[8]. En mars 2016, Jean-Jacques Barbéris quitte son poste de conseiller économique à l’Élysée pour rejoindre Amundi, la société de gestion des actifs du Crédit agricole[9].

Ouvrages

Annexes

Bibliographie

Liens externes

Notes et références

  1. Gérard Gengembre, Pierre Barbéris, lecteur militant, http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20150508_barberis.pdf
  2. Larousse des littératures, 1988, Paris, tome 1, p.  155[réf. incomplète]
  3. Un Marchand de salades qui se prend pour un prince. Réponse du « petit Pommier » au « grand Barbéris », Roblot, 1986, Nouvelle édition sous le titre Le Misanthrope de son interprétation et de la prétendue pluralité du sens, Eurédit[réf. souhaitée], 2007[réf. incomplète]
  4. Sigmund est fou et Freud a tout faux. Remarques sur la théorie freudienne du rêve, éditions de Fallois, 2008. Prix Joseph Saillet de l'Académie des Sciences morales et politiques
  5. Roland Barthes, ras le bol !, Roblot, 1987[réf. incomplète]
  6. René Girard, un allumé qui se prend pour un phare, Kimé, 2010[réf. incomplète]
  7. « Pierre Barbéris (1926-2014), écrivain, spécialiste de Balzac et chercheur engagé », LeMonde.fr, 13 mai 2014
  8. "Ces trentenaires à qui Hollande a confié les clefs du pays", L'Obs, 5 février 2015
  9. La Lettre A, n. 1721, 10 mars 2016
This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.